Agab Rembourser votre achat

Deux chantiers de réparation sur l’autoroute 30 à Varennes et Verchères

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Deux chantiers de réparation sur l’autoroute 30 à Varennes et Verchères
Des travaux d’asphaltage ont lieu sur l'autoroute 30 en direction est à Verchères et ceux-ci se termineront à la fin du mois d'octobre. (Photo : MTQ)

Au cours des dernières semaines, le dossier du Journal de Montréal, Les routes en déroute, a démontré à quel point le réseau routier québécois est en piètre état. Dans un tel contexte, chaque chantier du ministère des Transports (MTQ) est le bienvenu et deux d’entre eux s’affairent présentement à Varennes et Verchères sur l’autoroute 30, une artère des plus importantes qui présente un état de dégradation parmi les pires de la province.
Ainsi, depuis lundi dernier (le 9 septembre), des travaux d’asphaltage ont lieu sur l’autoroute 30 en direction est à Verchères et ceux-ci se termineront à la fin du mois d’octobre. Les travailleurs s’activeront sur un tronçon de plus de six kilomètres entre la montée de la Baronnie et la montée Chicoine-Larose.
Le rappelle que le projet inclut aussi l’asphaltage des bretelles d’entrée et de sortie de la montée Calixa-Lavallée, en direction est, et le remplacement d’un ponceau. On indique qu’une circulation à contresens et la fermeture de certaines bretelles sont à prévoir dans le secteur, en soulignant que les entraves seront principalement effectives de nuit et de fin de semaine afin d’en limiter les effets sur la circulation.
Il y aura donc des entraves ponctuelles d’ici à la fin du mois d’octobre avec la fermeture d’une voie sur deux de l’A-30 dans les deux directions, entre la montée de la Baronnie et la montée Chicoine-Larose. De plus, lorsque nécessaire, de nuit et de fin de semaine seulement, il y aura une circulation à contresens sur ce même tronçon entraînant la fermeture des bretelles d’entrée et de sortie no 105 (Verchères – montée Calixa-Lavallée) ainsi que la fermeture des bretelles d’entrées et de sorties no 107 (Calixa-Lavallée – montée Chicoine Larose), dans l’une ou l’autre des directions.
Il est à noter que la limite de vitesse sera abaissée à 70 km/h pendant les heures de travail dans la zone de chantier et que les chemins de détour seront balisés à l’aide de panneaux de signalisation. Le MTQ rappelle qu’en cas de conditions météorologiques défavorables ou de contraintes opérationnelles, ces travaux pourraient être reportés ou annulés.
À Varennes, le remplacement d’un ponceau se poursuit et ce chantier requiert la fermeture complète de l’autoroute 30 est, à la hauteur du chemin de la montée du Lac. La circulation se fait à contresens sur la chaussée opposée, avec une voie disponible par direction, ce qui entraîne la fermeture de la bretelle de sortie no 95 de l’autoroute 30 est. Les travaux ont débuté le 27 mai et devraient s’échelonner jusqu’au mois de novembre.

La Ville de Varennes a signifié son insatisfaction au MTQ

Le conseil municipal de Varennes a envoyé en juillet dernier une correspondance au ministère des Transports du Québec afin d’insister pour que soient exécutés le plus rapidement possible des travaux de resurfaçage sur l’autoroute 30 direction est, entre Varennes et Contrecoeur. Quelques semaines plus tard, le Journal de Montréal publiait un article dans son édition du lundi 29 juillet expliquant que l’A-30 devrait être reconstruite à zéro selon un expert du MTQ, car elle a été mal conçue au départ. Selon ce spécialiste, plusieurs tronçons reposent sur de mauvaises fondations perméables, ce qui ne protège pas la chaussée de l’eau. Avec les périodes de gel et de dégel au printemps (et de plus en plus durant l’hiver) les fissures prennent de l’expansion et fragilisent le recouvrement d’asphalte. La reconstruction coûterait toutefois une fortune à l’État québécois et causerait un énorme problème de circulation car ce ne serait pas une mince tâche que de trouver des détours acceptables.
Il est à noter qu’en 2018, l’autoroute 30 a obtenu le triste honneur d’être la seule autoroute dans le palmarès des pires routes au Québec, selon l’Association canadienne des automobilistes.

Partager cet article