Stéphane Bergeron confirme son retour en politique avec le Bloc québécois

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Stéphane Bergeron confirme son retour en politique avec le Bloc québécois
Ce qui a joué un rôle important dans sa décision, c’est le désaveu de son ancien collègue, l'ex-ministre péquiste Réjean Hébert, qui songe à se présenter dans l'équipe du Parti libéral du Canada de Justin Trudeau. (Photo : Archives)

Dans son entrevue accordée au journal La Relève le 28 mai dernier, Stéphane Bergeron tenait des propos qui laissaient clairement entendre qu’un retour en politique n’était qu’une question de temps… C’est donc chose faite puisque l’ex-député de Verchères a annoncé officiellement le 5 juin dernier qu’il effectuera un nouveau saut dans l’arène politique avec le Bloc québécois dans la circonscription fédérale de Montarville en vue des élections d’octobre prochain.
L’ancien ministre de la Sécurité publique du Québec revient donc à ses premières amours politiques puisqu’il avait représenté la formation politique bloquiste de 1993 à 2005 avant de porter les couleurs du Parti québécois de 2005 jusqu’à sa récente défaite aux mains de son adversaire caquiste, Suzanne Dansereau.
En entrevue lors de l’émission Le retour de Mario Dumont, il a indiqué que ce qui a joué un rôle important dans sa décision, c’est le désaveu de son ancien collègue, l’ex-ministre péquiste Réjean Hébert, qui songe à se présenter dans l’équipe du Parti libéral du Canada de Justin Trudeau.
« L’annonce de mon ex-collègue Réjean Hébert a fini de précipiter ma réflexion, parce qu’il m’apparaît qu’en cette ère de cynisme au niveau politique, il faut démontrer aux Québécoises et Québécois qu’il y a encore des gens qui font de la politique par conviction et qu’ils ne le font pas simplement par intérêt », a-t-il déclaré.
Prendre le pouls des gens
Sur son compte Twitter il y a quelques jours encore, l’homme de 54 ans ne laissait plus planer beaucoup de doutes quant à son retour. « Bon… J’ai déjà indiqué que je suis « en sérieuse réflexion ». Quoi de mieux, pour alimenter cette réflexion, que d’aller prendre le pouls de gens qu’on se propose de représenter? C’est ce que j’ai fait et vous savez quoi? Les réactions étaient plus que positives et chaleureuses! »
À la suite de sa défaite le 1er octobre dernier, il avait momentanément tourné la page sur la politique puisqu’il a occupé jusqu’à tout récemment le poste de secrétaire général au Cegep de Rimouski, où il avait d’ailleurs acheté une résidence. Toutefois, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, l’avait récemment fortement sollicité pour se présenter dans la circonscription de Montarville. Au moment d’écrire ces lignes, on ne sait pas encore la date de l’investiture de la formation politique dans le comté.
Rappelons en terminant qu’il y a présentement trois candidats en lice en vue des élections fédérale dans Montarville, soit le député sortant, Michel Picard, du Parti libéral du Canada, Julie Sauvageau, du Parti conservateur du Canada, et Stéphane Bergeron, du Bloc Québécois.
La circonscription comprend trois municipalités, soit Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Basile-le-Grand et Sainte-Julie, ainsi qu’une partie de la ville de Longueuil. Sa population atteint un peu plus de 95 000 personnes.

Partager cet article