Les mots-croisés de La Relève

Groupes de francisation en entreprise: Une initiative qui fait des petits

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
Groupes de francisation en entreprise: Une initiative qui fait des petits
Plusieurs entreprises de la région comptent sur les travailleurs issus de l’immigration afin d’enrichir leur personnel. (Photo : pxfuel.com)

En septembre 2019, le Service aux entreprises et à la communauté (SAEC), et la Commission scolaire des Patriotes (CSP) dévoilaient leur nouvelle stratégie de francisation en milieu de travail. L’objectif était alors de valoriser la maîtrise du français tout en attirant une main-d’œuvre issue de l’immigration. Vingt et un mois plus tard, on peut dire que l’initiative a rapporté ses premiers dividendes.

En mettant sur pied une stratégie de francisation, les initiateurs du projet espéraient notamment donner une opportunité à des entreprises de la région d’intégrer à leur personnel de nouveaux travailleurs issus de l’immigration, une démarche alors jugée nécessaire puisque la Montérégie connaissait déjà une pénurie marquée de main-d’œuvre qui, à ce jour, ne s’est toujours pas estompée.

Depuis sa mise en œuvre, les demandes pour de la formation en entreprises se sont multipliées et la cadence ne semble pas vouloir diminuer. « Nous en sommes maintenant à 26 groupes de francisation actifs sur le territoire et nous allons atteindre la trentaine au mois d’août », explique Martin Soucy, coordonnateur au Service de la formation professionnelle et des services aux entreprises au Centre de formation professionnelle des Patriotes et au Centre de services scolaire des Patriotes

« Et chaque semaine, des demandes me parviennent pour de nouvelles formations de groupe de francisation dans les entreprises. Ça veut dire que la démarche que nous avons entreprise avec l’Office québécois de la langue française et les partenaires de la région, Services Québec et Intégration Compétence, ont porté leurs fruits. »

Diversité culturelle

Au-delà des cours de francisation, la SAEC et ses partenaires ont fait un pas de plus afin d’aider les entreprises à faire face aux défis que représente l’adaptation au multiculturalisme, une réalité qui implique que, pour bien intégrer un travailleur issu de l’immigration, il faut tenir compte non seulement de sa langue, mais également de l’ensemble de sa culture. Une distinction qui est importante à une époque où les dénonciations pour racisme en milieu de travail font régulièrement la manchette.

Une formation de deux heures sous le thème Sensibilisation à la gestion de la diversité culturelle est notamment proposée sur le site fqrenligne.ca alors qu’un nouveau projet de communication interculturelle est en phase de développement. Ces outils visent à permettre de créer un climat sain dans nos entreprises en tenant compte des spécificités culturelles de chacun.

« La gestion de la diversité, c’est de considérer toutes les particularités de la diversité culturelle lors de l’intégration d’un employé à son milieu de travail, ajoute M. Soucy. Dans notre façon d’approcher la question, nous avons décidé d’aborder les considérations spécifiques des différentes cultures afin de trouver une zone commune dans laquelle il est possible d’interagir en milieu de travail de manière harmonieuse et positive. La formation s’adresse autant à des gestionnaires que des superviseurs et tous ceux qui travaillent avec des personnes immigrantes. »

Partager cet article