Les mots-croisés de La Relève

Guignolée de Boucherville : l’objectif est largement dépassé… et ce n’est pas fini!

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Guignolée de Boucherville : l’objectif est largement dépassé… et ce n’est pas fini!

La collecte de dons n’est pas encore terminée, mais déjà, le président du Comité d’entraide de Boucherville, Eugène St-Germain, confirme que l’objectif de 75 000 $ fixé pour la guignolée de Boucherville est largement dépassé.
« À ce jour, nous avons amassé environ 105 000 $ et, par expérience, je sais que la population continue d’offrir des dons jusqu’à la mi-janvier », a-t-il révélé à La Relève.
Cette somme risque donc d’être encore plus importante dans quelques semaines ce qui, bien évidemment, tombe à point puisque les demandes d’aide sont plus importantes en cette année de pandémie.
Une population généreuse
Les citoyens bouchervillois ont donc été très généreux puisque le total des dons en argent venant de leurs poches s’élève, à ce moment-ci, à 76 000 $. Cette année, en raison de la crise sanitaire, la formule de la guignolée a été complètement différente. Plutôt que la traditionnelle collecte de porte-à-porte, les gens étaient invités à ajouter un petit 2 $ sur leur facture lors de leurs achats chez les commerces participants, ou encore, à offrir des dons directement au Comité d’entraide de Boucherville.
À cette somme, s’ajoutent, entre autres, les contributions de la Ville de Boucherville (5000 $), de la Caisse Desjardins Les Patriotes (5000 $), de la députée-ministre Nathalie Roy (10 000 $), d’entreprises et d’organismes de la Rive-Sud.
L’objectif était ambitieux cette année. « Comme c’est une nouvelle formule, on ne savait pas à quoi s’attendre. Nous sommes particulièrement très heureux qu’il ait été ainsi dépassé », mentionne le président St-Germain.
Remises des denrées
L’insécurité alimentaire a malheureusement pris de l’ampleur, même à Boucherville. Le Comité d’entraide qui offre des dépannages alimentaires à longueur d’année a procédé à la distribution spéciale du temps des Fêtes du 15 au 17 décembre.
Pandémie oblige, les gens dans le besoin devaient prendre un rendez-vous pour avoir recours à ce service qui était disponible dans une grande salle du Centre multifonctionnel Francine-Gadbois. Les denrées abondaient, et ce, toujours grâce à la grande générosité des citoyens. A accompagnés d’un bénévole, ils devaient faire le tour des allées pour cueillir ce dont ils avaient besoin. Ces « paniers » sont ainsi plus personnalisés que les traditionnels paniers de Noël.
Pour les personnes étant dans l’impossibilité de se déplacer, un service de livraison à domicicile était disponible.
Mentionnons que le CEB offre environ 1000 dépannages annuels. Selon les données de 2016 de Statistique Canada, 1 365 Bouchervillois vivent sous le seuil de faible revenu après impôt.

Partager cet article