acheter local

Des bacs bruns dans tous les secteurs de Boucherville dès le printemps 2021

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Des bacs bruns dans tous les secteurs de Boucherville dès le printemps 2021
La collecte des matières organiques est un service attendu depuis longtemps par plusieurs Bouchervillois.

Après avoir réalisé un projet-pilote, la Ville de Boucherville déploiera le service de collecte des matières organiques sur tout le territoire dès le printemps 2021.
Toutes les maisons unifamiliales, les duplex, les triplex et les autres bâtiments comprenant de quatre à huit logements seront desservis.
La Ville évalue actuellement la possibilité d’offrir le service dans les projets intégrés au même moment. Toutefois, les particularités de ceux-ci exigent des discussions supplémentaires qui pourraient engendrer des retards dans l’implantation.
1,5 M$ pour les bacs bruns
Le conseil municipal a adopté un projet de règlement autorisant une dépense de 1 583 215 $ pour l’acquisition d’environ 18 000 bacs bruns de 120 litres et 18 000 petits bacs de cuisine pour la mise en place de cette collecte.
Les coûts totaux que représente la mise sur pied de ce nouveau service ne peuvent pour l’instant être précisés puisque les appels d’offres pour l’achat du matériel et pour la prestation de service de collecte n’ont pas encore été lancés.
Près de 50 tonnes par semaine
La collecte des matières organiques se tiendra sur une base hebdomadaire. Selon les évaluations de la Ville, entre 30 et 50 tonnes par semaine devraient être ramassées lorsque toutes les résidences seront desservies.
Les principales catégories de matières organiques qui seront acceptées sont les résidus alimentaires (fruits, légumes, viande, poisson, etc.), ainsi que les papiers et cartons souillés de matières organiques (papiers mouchoirs, essuie-tout, etc.).
Bilan positif
La Ville de Boucherville dresse un bilan positif de la première phase d’implantation du service déployée auprès de 1 838 résidences unifamiliales et bigénérationnelles en octobre 2019.
Une majorité de citoyens a participé, et la fréquence de mise à la rue a varié selon les saisons et selon la taille du bac. Par exemple, les bacs de 120 litres ont été mis moins souvent à la rue en période hivernale.
La qualité de la matière était généralement bonne et l’on y trouvait relativement peu de contaminants, comme des sacs de plastique.
Les citoyens se sont généralement montrés satisfaits de leur bac, peu importe la taille. Toutefois, certains trouvent que, parfois, les 45 litres sont trop petits et les 120 litres trop gros, selon leur réalité, c’est-à-dire s’ils sont en couple sans enfants versus les familles nombreuses.
Selon les données recueillies, il apparaît que le bac 120 litres est celui qui offre la plus grande flexibilité au plus grand nombre de ménages pour gérer les matières organiques.

Valoriser les matières organiques
Rappelons qu’en mars 2019, l’agglomération de Longueuil a conclu une entente visant la valorisation des matières organiques de son territoire par la SÉMECS (Société d’économie mixte de l’est de la couronne sud). La SÉMECS est formée d’une compagnie spécialisée dans le traitement de matières organiques, Biogaz EG, ainsi que de trois municipalités régionales de comté de la couronne sud. Une usine de biométhanisation située à Varennes est en activité depuis 2018.
Suivant l’entente conclue avec l’agglomération de Longueuil, cette usine sera agrandie d’ici à 2023 afin d’augmenter sa capacité de traitement.
L’usine transforme les matières organiques en Digestat, une forme inachevée de compost qui possède des propriétés utiles, lorsqu’épandu en champs agricoles; en gaz, formé principalement de méthane, qui peut être utilisé pour remplacer le gaz naturel ou d’autres combustibles fossiles; et en sulfate d’ammonium, qui est distribué à des producteurs d’engrais.
Rappelons que le gouvernement provincial veut éliminer l’enfouissement des matières organiques d’ici à 2023.

Partager cet article