Les mots-croisés de La Relève

Une sauveteuse perd la vie à la piscine Paul-VI à la suite des orages de vendredi dernier

Photo de Daniel Hart
Par Daniel Hart
Une sauveteuse perd la vie à la piscine Paul-VI à la suite des orages de vendredi dernier

Une jeune sauveteuse de 21 ans de Boucherville, Laurie-Ève Cormier, a perdu la vie après qu’une immense branche se soit détachée d’un arbre mature et tombe sur elle durant les orages survenus vendredi dernier. L’employée municipale s’affairait avec une collègue à évacuer un groupe de jeunes baigneurs à la piscine Paul-VI lorsque s’est produit le drame. L’accident a également causé des blessures à un enfant de 6 ans, Sébastien Marcoux, et Peggy St-Pierre, propriétaire d’une garderie à Boucherville. Le jeune garçon a subi des fractures du crâne et des vertèbres, mais ne devrait pas garder de séquelles de l’événement, selon ses médecins. Mme St-Pierre a eu le pied facturé.

« Il faisait soleil comme les autres après-midi précédents puis le ciel s’est noirci. Le temps a changé rapidement; le vent est arrivé. Ça ressemblait à une mini-tornade. Des branches tombaient », relate cette dernière. Tous les enfants sortis de la piscine avaient été mis à l’abri, à l’intérieur de la salle de douches. Il ne restait que le petit Sébastien derrière Mme St-Pierre et les deux sauveteuses en service lorsque le bête accident est survenu. « Il n’y a personne à blâmer dans cette histoire, aucun coupable. C’est un coup du destin », estime Mme St-Pierre.

Laurie-Ève Cormier travaillait pour la Ville de Boucherville depuis quatre ans. Sa disparition a créé une onde de choc. Décrite comme une personne fougueuse et passionnée, remplie d’énergie, elle rayonnait avec sa bonne humeur. En plus de son poste de sauveteuse à la piscine, elle poursuivait des études en animation culturelle à l’UQAM et participait à un stage chez Trio Orange et rêvait de travailler un jour dans les médias. Au moment du drame, ses parents et sa jeune soeur étaient en voyage en Espagne. Ses grands-parents et son frère ainé Antoine ont eu la délicate tâche de les aviser de ce qui était survenu. Ils sont rentrés à la maison dès qu’ils ont pu.

La Commission de la santé et sécurité au travail fera enquête sur les circonstances qui ont mené à ce drame. Le Bureau du coroner se penchera aussi sur ce dossier. La Ville a offert ses condoléances à la famille éplorée. Lundi, le drapeau au mât de l’hôtel de ville était en berne. Les parents ont été reçus dans l’après-midi par le maire Jean Martel, la conseillère municipale Anne Barabé, la directrice des ressources humaines Dominique Lafrance, la chef de service à la Direction du loisir, de la culture et de la vie communautaire, Johanne Roy et la directrice de la piscine Marie-Josée Bergeron et la sauveteuse qui a tenté de ranimer la jeune femme disparue. La Ville a offert à la famille de commémorer sa mémoire en proposant une cérémonie afin de souligner son courage ainsi que celui de sa collègue sauveteuse, Mélodie. Au moment de mettre sous presse, les membres de la famille veillaient aux préparatifs de cette commémoration.

Les funérailles auront lieu samedi après-midi au Complexe Rive-Sud Yves Légaré à Longueuil.

 

 

 

 

Partager cet article