Stéphane Bergeron est prêt à relever les défis…quels qu’ils soient!

Stéphane Bergeron est prêt à relever les défis…quels qu’ils soient!

Comité électoral de Stéphane Bergeron

Élections provinciales 2012

Après la victoire, c’est l’attente pour Stéphane Bergeron. L’homme possède un bagage d’expérience politique plus que respectable avec ses huit mandats à représenter la population de la région, tant à l’Assemblée nationale à Québec qu’à la Chambre des communes à Ottawa. Certains analystes politiques ont vu en lui un futur ministre au sein du cabinet du gouvernement minoritaire de Pauline Marois et la réponse à cette interrogation devrait être connue au cours des prochains jours…

Le député de 47 ans est revenu sur sa victoire du 4 septembre dernier et il avoue qu’elle ne faisait pas de doute dans son esprit, bien que la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ), Chantal Soucy, ait livré une belle bataille. « Notre pointage indiquait de tels résultats. Ce qui nous préoccupait, c’est le taux élevé d’indécis pendant la campagne, mais notre taux de sympathisants était élevé lui aussi, donc nous demeurions confiants et nos projections se sont avérées bonnes. »

« C’est un sentiment de joie ainsi que de satisfaction que j’éprouve et je le partage avec mon équipe. J’en suis à mon huitième mandat à titre de député, dont quatre à l’Assemblée nationale. La différence, c’est que c’est la première fois que je me retrouve au sein du gouvernement. Nous serons de l’autre côté de la chambre et nous serons dans le secret des dieux quand il sera question des projets de loi. »

Le fait d’être minoritaire rend toutefois la situation plus délicate, opine-t-il. « Nous chercherons le consensus et on doit tenir compte des autres partis. C’est une situation un peu plus instable et ce sera plus difficile de mettre de l’avant tout le programme que nous avons présenté. Il faut aussi s’attendre à ce que la prochaine élection soit plus rapprochée. Logiquement, notre mandat ne durera pas quatre ans. Nous n’avons pas le choix d’être sur le qui-vive et nous serons en mode électoral, d’autant plus que le chef de la CAQ, François Legault, a déclaré qu’il ne serait pas patient très longtemps… »

Bon augure…

Il est bien au fait des rumeurs qui l’enverraient à un poste de ministre, ce qui pourrait être confirmé ou non au début de la semaine prochaine, mais Stéphane Bergeron demeure prudent car il sait pertinemment qu’il ne possède pas toutes les cartes dans son jeu. « Je suis rentré au bureau le lendemain des élections, mercredi, et je travaillais sur les mêmes dossiers que j’avais déjà entrepris. Je ne sais pas si Mme Marois me confiera un ministère. Je sais d’expérience qu’il y a des changement à ces postes jusque dans les dernières minutes qui précédent les nominations qui seront annoncées possiblement le mardi 18 septembre. »

« Bien sûr l’expérience jouera un grand rôle dans ces nominations, mais il faut aussi tenir compte du ratio hommes/femmes, de la représentation des régions, etc. Je n’ai pas de contrôle sur tout cela. J’ai démontré que je pouvais être fiable pour mener à bien les dossiers que l’on me confie, du moins je l’espère. Je sais que je suis capable de réaliser ce qu’on me demande. Je sais aussi que Mme Marois me confiera des dossiers, qu’ils soient ministériels ou non, et je relèverai les défis que l’on me confiera. Toutefois, ma première ambition est d’avoir l’occasion de bien représenter à nouveau mes concitoyennes et concitoyens de Verchères. »

L’élection d’un nouveau gouvernement semble de bon augure pour la population de Sainte-Julie notamment qui attend depuis trop longtemps son stationnement incitatif, promis depuis plus de cinq ans. « Une chose est sûre, dès que sera connu le ministre des Transports, je verrai à le rencontrer en personne, dans le blanc des yeux, et à travailler à régler ce dossier le plus rapidement possible. »

« Mme Marois a aussi dit qu’elle entend bonifier les services de garde dès cette année, ce qui aidera les familles de la région qui le réclament depuis longtemps. Il faut toutefois être encore un peu patient car le processus était déjà en cours pour 18 000 nouvelles places. Il n’empêche que ça ne me rentre pas dans la tête : le Parti québécois a offert 15 000 nouvelles places par année quand il était au pouvoir et les libéraux n’en ont créé que 24 000 en neuf ans alors que les besoins sont criants », de conclure le député.

 

Résumé partiel de ses fonctions politiques, parlementaires et ministérielles

 

Élu député de la circonscription de Verchères aux élections partielles du 12 décembre 2005

• Porte-parole de l’opposition officielle en matière de faune et parcs du 30 janvier 2006 au 21 février 2007

• Membre de la Commission des transports et de l’environnement du 25 octobre 2006 au 21 février 2007

• Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement, de faune et de parcs du 16 octobre 2006 au 21 février 2007

 

Réélu député de la circonscription de Verchères aux élections générales du 26 mars 2007

 

• Porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’environnement et parcs du 25 avril 2007 au 30 août 2007

• Porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de famille et d’aînés du 30 août 2007 au 11 juin 2008

• Porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de famille du 11 juin 2008 au 7 août 2008

• Porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de transport en commun depuis le 7 août 2008

• Porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de transport routier depuis le 7 août 2008

• Porte-parole du deuxième groupe d’opposition sur la SAAQ depuis le 7 août 2008

 

Réélu député de la circonscription de Verchères aux élections générales du 8 décembre 2008

 

• Porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports du 9 janvier 2009 au 26 août 2010

• Vice-président de la Commission de l’économie et du travail depuis le 15 janvier 2009

• Porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique depuis le 27 août 2010