Journée de l

Une trentaine d’Ukrainiens accueillis à Boucherville

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Une trentaine d’Ukrainiens accueillis à Boucherville
Les enfants ukrainiens ont commencé à fréquenter les écoles de Boucherville.

Une trentaine d’Ukrainiens ont été accueillis dans neuf familles de Boucherville depuis le début de la guerre en Ukraine. Le 31 août, des enfants de réfugiés ont fait leur entrée à l’école secondaire De Mortagne ainsi qu’à l’école primaire De La Broquerie.
Ce sont majoritairement des mères et leurs enfants qui se sont installés à Boucherville, mais il y a également deux jeunes femmes âgées de 25 ans et un couple avec un bambin, selon la directrice par intérim du Centre d’action bénévole de Boucherville (CABB), Sarah Laurence. L’organisme a mis en place un processus de filtrage afin de vérifier les antécédents judiciaires des familles d’accueil, en plus de demander des références personnelles.
Les familles d’accueil ne reçoivent aucune aide financière. Elles font cela par bonté de cœur, et sont généreuses de leurs ressources.
C’est le CABB qui assure un rôle de coordination et qui informe les familles d’accueil et les ressortissants de l’offre de services mis à leur disposition à Boucherville, précise Mme Laurence. Parmi ceux-ci, il y a le Comité d’entraide de Boucherville qui offre un grand coup de pouce pour les premières épiceries, le CABB qui propose un service de popote roulante, le Grenier des Aubaines et les Filles d’Isabelle qui fournissent à petits prix ameublement et vêtements, ainsi que la Ville de Boucherville qui remet aux réfugiés une carte Accès, qui leur permet de s’inscrire aux différents services municipaux, tels que le centre aquatique et la bibliothèque. Le CABB fournit également un service d’accompagnement et de transport vers la Maison internationale de la Rive-Sud, à Brossard, qui aide les réfugiés.
Les défis
Bien que les blessures soient encore très vives, les Ukrainiens tentent de s’intégrer. Avec la pénurie de main-d’œuvre, la recherche d’emploi est plus facile, mais les réfugiés doivent d’abord obtenir des places en garderie pour leurs enfants, ce qui est un défi en soi. À cette difficulté s’ajoute ensuite celle de trouver un logement. Plusieurs devront sans doute élargir leurs recherches vers d’autres villes que Boucherville.

À lire également Le Salon Coiffure coiffeur recrute deux réfugiées ukrainiennes

Partager cet article