Verchères 350

Le Salon Coiffure coiffeur recrute deux réfugiées ukrainiennes

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Le Salon Coiffure coiffeur recrute deux réfugiées ukrainiennes
Natalia et Oksana à leur travail, sous le regard bienveillant de Guy Leclerc . (Photo : Diane Lapointe)

Natalia Yukhymchak et Oksana Korolova ont fui l’horrible guerre en Ukraine et ont trouvé refuge ici où la vie est douce, dans des familles d’accueil de Boucherville et de Varennes. Les deux Ukrainiennes s’adaptent à leur nouvelle vie. Elles ont même rapidement trouvé un emploi. Guy Leclerc, propriétaire du salon Coiffure coiffeur situé sur le boulevard du Fort- Saint-Louis, à Boucherville, n’a pas hésité un seul instant à leur faire une place au sein de son équipe. De tout cœur avec le peuple ukrainien, il se dit très satisfait des services de ses nouvelles recrues.
Coiffeuses de formation, Natalia est arrivée à Boucherville en juin dernier, et Oksana, à Varennes, il y a trois semaines seulement. C’est grâce à sa famille d’accueil qui a publié une demande d’emploi sur les réseaux sociaux que Natalia a réussi à dénicher ce travail. Solidaire et touché par la situation en Ukraine, M. Leclerc a aussitôt pris contact avec elle. Comme bien des entrepreneurs, il avait de la difficulté à recruter du personnel. Elles ont toutes les deux des visas de travail.
« L’adaptation s’est très bien déroulée », assure-t-il. Grâce à un logiciel de traduction sur leur cellulaire, les nouvelles employées peuvent facilement communiquer avec le patron et la clientèle. « Les clients sont enchantés et même très sensibles à leur vécu », précise-t-il.
Natalia a mis pied à Boucherville avec son fils âgé de 10 ans, sa sœur et le bébé de cinq mois de celle-ci. D’abord hébergés dans une famille, ils ont rapidement trouvé un appartement non loin du lieu de travail de Natalia.
Oksana et son mari, pour leur part, étaient encore en juillet à Marioupol. Ils habitent maintenant chez une famille de Varennes. C’est d’ailleurs à la suite d’une recommandation de celle-ci qu’Oksana a déniché cet emploi au salon de coiffure. Son conjoint, quant à lui, est encore à la recherche d’un travail. Quant à leur fils dans la jeune vingtaine, il a débarqué en mai dernier à London, en Ontario, chez une famille d’accueil. Il étudie en génie à l’Université.
« Oksana est encore fragile, et nous tentons du mieux que l’on peut de la sécuriser », remarque M. Leclerc.
« Un pays incroyable »
« Le Canada est un pays incroyable. Les gens sont très gentils et il fait bon y vivre, mais il nous faut encore du temps pour nous y habituer, car tout est complètement différent », exprime Natalia.
Elle ajoute que bien qu’il y ait quelques difficultés mineures, le Québec et Boucherville les ont chaleureusement accueillis et les aident beaucoup. Son fils de 18 ans, qui est un grand joueur de basketball, dit-elle fièrement, et son mari sont encore en Ukraine, mais elle a bon espoir qu’ils pourront la rejoindre. « Nous avons l’intention de rester au Québec. Nous ne voulons pas recommencer une vie pour une troisième fois ailleurs. J’espère que mon garçon poursuivra sa carrière de basketteur ici. Il a pris la troisième place de la division B au championnat d’Ukraine. »
Oksana, pour sa part, a mentionné au journal aimer la langue française et son désir d’apprendre toujours de nouveaux mots. « Nous nous habituons lentement de différentes façons. Nous avons été très bouleversés par les événements dans mon pays. J’habitais le Donbass et j’ai vécu de forts événements militaires. »
Toutes deux d’excellentes coiffeuses, Natalia montre fièrement des photos de ses réalisations. « Je suis coiffeuse depuis 20 ans et j’apprends constamment de nouvelles techniques, assistant régulièrement à des séminaires de perfectionnement. En septembre, nous allons d’ailleurs suivre une formation avec Guy à Québec. »

À lire également Une trentaine d’Ukrainiens accueillis à Boucherville

 

Partager cet article