Verchères 350

Peu de cas de variole simiesque recensés en Montérégie

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Peu de cas de variole simiesque recensés en Montérégie
Un vaccin est disponible pour combattre la variole simienne et il peut être administré avant ou après une exposition à la maladie. (Photo : Shutterstock)

Alors que les hospitalisations reliées aux cas de Covid-19 sont en baisse en Montérégie depuis la mi-avril, on entend de plus en plus parler de la variole simiesque (ou du singe), mais il est important de préciser à ce sujet que les cas recensés sont peu nombreux en Montérégie (8 en date du 17 juin) et au Québec (171 selon les chiffres dévoilés le 20 juin).
Rappelons à ce sujet que les symptômes de la variole simiesque consistent principalement en des lésions cutanées à la bouche et aux organes génitaux. Ces lésions peuvent être précédées ou accompagnées de fièvre; de sueurs nocturnes; de maux de tête; de ganglions enflés; de douleurs articulaires ou musculaires.
La direction de la santé publique de la Montérégie indique que la variole simienne se transmet par des contacts étroits et prolongés. Elle peut être contagieuse dès le début des symptômes jusqu’à ce que les croûtes recouvrant les lésions cutanées soient tombées et qu’une couche de peau saine soit présente. La période d’incubation est habituellement courte, soit de 5 à 7 jours, mais peut aller jusqu’à 21 jours. Dans la majorité des cas, la maladie se résout d’elle-même en deux à quatre semaines. Des cas très rares de complications graves peuvent toutefois survenir.
Il est important de noter qu’un vaccin est disponible pour combattre la variole simienne et qu’il peut être administré avant ou après une exposition à la maladie. Il est réservé aux personnes ciblées par les autorités de santé publique.
La vaccination avec rendez-vous peut s’effectuer présentement aux Galeries Saint-Hyacinthe, situées au 3200 boulevard Laframboise, porte 4, près du magasin BuroPro.



Partager cet article