Les mots-croisés de La Relève

Les pompiers ont dû intervenir à plus de 50 reprises sur le fleuve Saint-Laurent depuis le début de l’été

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Les pompiers ont dû intervenir à plus de 50 reprises sur le fleuve Saint-Laurent depuis le début de l’été
(Photo : Diane Lapointe)

Dimanche dernier, la patrouille spéciale du Service de sécurité incendie de l’agglomération de Longueuil a dû intervenir rapidement aux limites de Boucherville et de Longueuil, car un conducteur de motomarine était carrément en train de couler avec son engin qui venait de frapper une roche à fleur d’eau. Le conducteur et son véhicule nautique ont été remorqués par la patrouille nautique jusqu’au quai du Club d’aviron de Boucherville où le propriétaire de la motomarine a pu revenir les deux pieds sur la terre ferme, en sécurité, avec sa motomarine amochée.
Il s’agit là d’un exemple seulement d’une des interventions qui ont été réalisées depuis le début de l’été par la patrouille nautique du Service de sécurité incendie de l’agglomération.
« Ça prendrait presque un service de remorquage maritime (un CAA nautique) cet été sur le fleuve », indique le capitaine du SSIAL, Benoit Lamoureux, qui a lui-même participé aux opérations, dimanche dernier.
« Il y a beaucoup de monde sur l’eau cette année. Il y a aussi beaucoup de gens qui ont zéro expérience de navigation ainsi que de très nombreux plaisanciers qui ont fait l’acquisition d’une nouvelle embarcation et qui ont des problèmes avec leur véhicule nautique. Le réflexe est alors de contacter le 911 et comme nous ne connaissons jamais le niveau de détresse, on ne peut pas les laisser en plan, donc nous intervenons pour beaucoup de cas de remorquage », ajoute monsieur Lamoureux.
Le bas niveau du fleuve depuis le début de la saison estivale fait aussi en sorte que de nombreux navigateurs novices s’aventurent dans des secteurs où il y a des hauts fonds, des endroits propices aux bris de moteur et d’embarcation.
Cela dit, si les problèmes de pannes sont monnaie courante, la patrouille du SSIAL a tout de même été appelée à plus de 50 reprises, ce qui est beaucoup plus que l’an dernier par exemple, pour des problématiques plus graves depuis le début de la saison estivale. Plaisanciers en péril en paddle board qui dérivent, accident de motomarine, bris mécaniques, jeunes qui sont à la dérive en petit bateau pneumatique, collision entre motomarine et kayak ou avec des planches, et même un décès d’un conducteur de motomarine en juin près du pont Jacques-Cartier, tout y passe.
Depuis le début de l’été, le bateau de secours du SSIAL est amarré en permanence à la marina de Longueuil, ce qui permet des interventions rapides sur le territoire couvert, soit de Brossard à Boucherville.

Un mort à Varennes

Même si ce n’est pas la patrouille nautique du SSIAL qui est intervenue, un autre accident impliquant un véhicule nautique est survenu en face de Varennes, mercredi dernier. Le conducteur d’une motomarine âgé de 25 ans est mort après une fausse manœuvre qui l’a éjecté de sa moto. Selon des témoins, le jeune homme suivait de près un bateau pour profiter des vagues de celui-ci.

Partager cet article