Les mots-croisés de La Relève

Maison Véro & Louis: Le bonheur d’avoir un chez-soi adapté à ses besoins

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
Maison Véro & Louis: Le bonheur d’avoir un chez-soi adapté à ses besoins
Marie-Christine devant son nouveau chez-soi en compagnie de ses parents. (Photo : Steve Martin)

Véronique Cloutier et Louis Morissette ont certainement vécu de grandes émotions à Varennes alors que, après des années d’efforts ainsi que de nombreuses activités de financement et de promotion du projet, ils ont enfin pu rencontrer à la Maison Véro & Louis de Varennes les premiers bénéficiaires de leur initiative.

Lors de la visite des médias, le couple a en effet fait la rencontre d’Alexandra et Marie-Christine, deux des premières résidentes du pavillon Lowe’s Canada de la Maison Véro & Louis, ainsi que des membres de leur famille respective.

Alors qu’Alexandra, qui s’exprime à l’aide d’une application sur sa tablette, sautille de joie, Marie-Christine, qui a revêtu sa robe des grandes occasions, se montre plus réservée. Devant elle, le dessin d’une maison… et d’un chien.

« La différence que vous faites dans nos vies, ça n’a pas de prix, s’exprime Nathalie Ferland, la maman de cette dernière au moment de rencontrer les initiateurs du projet. Il n’y a pas de mots assez forts pour expliquer notre reconnaissance. »

Difficile pour les témoins de la scène de demeurer insensible devant une telle gratitude. À commencer par les deux principaux intéressés qui avaient, semble-t-il, une petite poussière dans l’œil.

« Pour les parents, il y a aussi une forme de deuil, explique Katty Taillon, directrice générale de la Fondation Véro & Louis. C’est comme ça quand nos garçons, nos filles quittent la maison, mais pour la plupart des gens, c’est un processus qui se fait doucement. Eux, ça fait tellement d’années qu’ils s’occupent de leurs enfants, qu’ils offrent du soutien au quotidien, alors c’est une nouvelle vie qui commence. C’est un soulagement de savoir que leur enfant est bien et en sécurité, mais ils doivent aussi s’adapter à cette nouvelle vie. »

Miroirs et Bean Bags

Concrètement, la maison pourra accueillir entre 16 et 20 résidents, tous des adultes vivant avec un trouble du spectre de l’autisme. Chaque chambre, chaque salon et autres aires communes de la résidence ont été meublés en fonction des spécificités d’une clientèle ayant ses besoins bien à elle.

Ainsi, on retrouve des miroirs qui se referment dans la salle de bain pour ceux qui préfèrent ne pas regarder leur reflet de trop près, des « Bean Bags » dans les lieux de loisir pour ceux que certaines sensations tactiles réconfortent, bref, chaque détail a été soigneusement planifié.

Quant à la bouffe, tout le monde partage le même repas. Même le personnel! « Les employés ont eu 13 semaines de formation en « team building », ajoute Mme Taillon. C’était important de leur transmettre la culture de la maison, notre vision. Il y a vraiment une synergie qui s’est installée et le personnel est très motivé. Ce sont des gens qui proviennent de différents milieux, mais ils se retrouvent ici, car ils adhèrent aux valeurs qui sont véhiculées par la Fondation, soit le respect, l’engagement et la bienveillance. »

Le début d’une nouvelle vie

Des aires ont également été prévues afin de recevoir les visiteurs et, si la pandémie a empêché l’organisation de pendre la crémaillère en bonne et due forme, le personnel espère que le prochain temps des fêtes apportera une première belle occasion de célébrer le commencement d’une nouvelle étape dans la vie de ceux qui vont apprendre à vivre ensemble au fil des prochaines semaines.

« C’est un moment qui était très attendu, admet Katty Taillon. On aurait souhaité que ça se fasse plus tôt, mais, en raison de la COVID-19, il y a eu certains délais. D’un autre côté, ça nous a donné encore plus de temps pour bien nous préparer. Et jusqu’à maintenant, tout s’est bien passé. Il y a beaucoup de fébrilité chez nos familles, mais elles sont contentes. C’est comme un cadeau spécial, alors elles sont très heureuses. »

Visite virtuelle de la première Maison Véro Louis

Partager cet article