Les mots-croisés de La Relève

La Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud appuie le confinement

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
La Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud appuie le confinement
Le président de la CCIRS, Alain Chevrier


La Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS), qui compte environ 1700 membres sur le territoire de la Rive-Sud, a décidé de soutenir les nouvelles normes de confinement annoncées par le gouvernement du Québec dans la mesure où des programmes d’aide aux entreprises demeurent toujours disponibles.
Des centaines de membres de la CCIRS seront touchés par les mesures de restriction et de fermeture. Il s’agit évidemment d’un coup dur pour celles-ci. Ces nouvelles règles touchent notre économie de façon importante, mais nous comprenons que cela s’avérait nécessaire afin de freiner significativement la propagation du virus et de protéger les citoyens. Tous les commerces non-essentiels demeurent donc fermés jusqu’au 8 février 2021. En ce qui concerne le secteur manufacturier et la construction, les activités seront réduites au minimum sans pour autant être totalement arrêtées.

« Les entrepreneurs ont jusqu’ici fait preuve d’audace et de résilience en transformant leurs façons de faire et leur environnement. Nous avons pu observer au cours des derniers mois la capacité de nos membres à performer, malgré le contexte difficile dans lequel ils doivent opérer. Nous parlions de reprise économique alors que notre économie est à nouveau considérablement ralentie. Nous savons toutefois que le processus de vaccination est enfin enclenché et que d’ici le début du mois de février, les personnes les plus vulnérables de notre société auront vraisemblablement été immunisées. Lorsque cela sera chose faite, il est à prévoir que les mesures de confinement seront considérablement assouplies. Faisons donc un dernier effort afin de pouvoir, par la suite, relancer définitivement nos entreprises. », cite le président de la CCIRS, Alain Chevrier.

Partager cet article