Dre Nadia: Apprendre aux enfants à réguler leurs émotions

Photo de Steve Martin de l'Initiative de journalisme local
Par Steve Martin de l'Initiative de journalisme local
Dre Nadia: Apprendre aux enfants à réguler leurs émotions
(Photo : drenadiapsychologue.com)

Malgré les récentes mesures sanitaires, la conférence « La gestion des émotions chez l’enfant » que devait donner la Dre Nadia Gagnier le 14 octobre au Centre multifonctionnel de Contrecoeur aura tout de même lieu, mais plutôt que de se dérouler en personne, elle se tiendra via vidéoconférence.

Pour les parents et intervenants du milieu scolaire, il s’agit d’une bonne nouvelle. Plusieurs sont en effet en quête de réponses alors que nous faisons face à une situation inhabituelle depuis le printemps.

Si la conférence a été préparée avant la pandémie, impossible pour la psychologue de ne pas évoquer ce contexte inhabituel.

« Pour adapter ma conférence, explique la Dre Gagnier à La Relève, j’ai décidé d’expliquer un peu comment les enfants peuvent réagir de manière différente au stress que représente la COVID-19. C’est quelque chose qui est venu bouleverser notre quotidien. Pour les petits d’âge préscolaire par exemple, c’est quelque chose de très important d’avoir une routine stable. Nous allons aborder  les facteurs qui peuvent faire en sorte que les enfants vont réagir différemment à la situation. Il y a d’abord le tempérament dont ils ont hérité à la naissance. Ça, mais aussi les barrières environnementales et les événements de la vie qui nous façonnent. »

Aux yeux de celle qui a animé Dre Nadia, psychologue à domicile, la clé est de demeurer à leur écoute. De les amener également à exprimer leurs émotions et surtout, suivre leur rythme quand vient le temps d’expliquer la situation. Inutile donc de les gaver d’informations. Les questions vont venir d’elles-mêmes quand l’enfant sera prêt à assimiler les réponses.

Gérer plutôt que refouler

La conférencière se propose d’aborder par ailleurs les signaux auxquels les parents et professionnels du milieu scolaire doivent demeurer attentifs afin de mesurer le niveau de détresse de certains enfants. Le niveau d’inhibition notamment.

Ceux qui manifestent le plus leur anxiété face à l’inconnu ont, à cet égard, l’avantage de pouvoir extérioriser ce qu’ils ressentent. Ce qui n’est pas toujours le cas avec ceux qui se montrent plus pudiques dans l’expression de leurs sentiments.

« Comme certains adultes, plusieurs enfants apprennent à refouler leurs émotions, surtout les négatives comme la colère et la tristesse. On se fait souvent dire : « Ne pleure pas. Ça va être correct. » La recherche démontre pourtant que, quand on fait ça, l’enfant perçoit que ce n’est pas bien d’exprimer ou de nommer, ce qui c’est la première étape pour apprendre à gérer une émotion. »

Pour assister à la conférence organisée par la Maison de la famille Joli-Cœur, assurez-vous de vous inscrire puisque les places sont limitées : 450 587-2965

 

 

Partager cet article