Les mots-croisés de La Relève

Une soixantaine de personnes ont souligné la Journée internationale des droits des femmes à Sainte-Julie

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Une soixantaine de personnes ont souligné la Journée internationale des droits des femmes à Sainte-Julie
Au fur et à mesure que la journée avançait, l’arbre des luttes féministes et de la solidarité a pris forme, lui dont les feuilles sont autant de mains multicolores de femmes qui veulent faire avancer les choses. (Photo : Courtoisie)

La Journée internationale des femmes a été soulignée de multiples façons à travers la région et l’une des plus importantes activités a été organisée par le Centre de femmes Entre Ailes Sainte-Julie, le lundi 9 mars dernier, qui a réuni pour l’occasion plus d’une soixantaine de participantes et participants.
Dès midi, les responsables accueillaient les gens au 1611, rue Principale à Sainte-Julie pour un dîner communautaire et pour la préparation d’une banderole de solidarité, c’est-à-dire un arbre dont les feuilles sont autant de mains multicolores de femmes qui veulent faire avancer les choses.
Par la suite, lors d’un 5 à 7 bien spécial à la bibliothèque de Sainte-Julie, il y avait exposition d’œuvres d’art en lien avec la Journée internationale des droits des femmes, lecture de textes sur les luttes féministes en 2020 et dévoilement de l’arbre de la solidarité.
« Par cette grande journée d’activités, a expliqué la coordonnatrice du centre, Sylvie Riendeau Langlais, nous tenions à souligner, non pas la Journée internationale des femmes, car elle est devenue à notre avis un symbole commercial, mais plutôt la Journée internationale des droits des femmes. »
« Nous avons eu beaucoup de discussions et d’échanges à propos des conditions de vie des femmes et de leurs préoccupations. Nous avons pu constater notamment qu’il y a beaucoup de préoccupations en ce qui a trait à l’accès aux logements; à l’absence de logements sécuritaires et décents. C’est de plus en plus difficile pour les femmes seules ou monoparentales d’en trouver un en 2020. »
« Aussi, il y a une réelle préoccupation pour les soins de services de santé, tout comme il y a des inquiétudes par rapport à l’accès aux différents services pour les personnes à mobilité réduite. De plus, lors des différentes discussions, nous avons constaté que le sujet de la violence faite aux femmes est encore très présent dans les priorités des participantes », d’ajouter la coordonnatrice dont l’organisme rassemble près d’une centaine de membres dans la région.
Marche des femmes
« Lors du 5 à 7, nous avons procédé au lancement officiel de la Marche des femmes qui se tiendra le 17 octobre prochain à Terrebonne sous le thème « Nous résistons pour vivre et nous marchons pour transformer! » Ce sera une occasion de souligner nos forces, nos victoires et nos enjeux à réaliser. Toute la Montérégie sera mobilisée pour l’occasion, dont les différents centres et groupes de femmes du territoire. »
« Il y aura cinq thèmes abordés dans le cadre de cette grande activité, soit la pauvreté chez les femmes; la violence faite aux femmes; la justice climatique; les femmes migrantes, immigrantes et racisées; ainsi que les enjeux des femmes autochtones. En Montérégie, l’accent sera mis sur la violence. »
« Nous ressentons vraiment un sentiment de fierté par rapport aux échanges qui ont eu lieu durant la journée et en soirée, aux œuvres qui ont été produites en lien avec cette journée spéciale. Je désire remercier tout particulièrement les bénévoles, et le comité Action collective qui était responsable de l’organisation de l’événement, soit Kyria Godfrey, stagiaire, ainsi que Christiane Pelletier, Jocelyne Miller et Johanne Droz. »
« Nous ressentons aussi beaucoup d’espoir par rapport à l’avenir, car on sent que les femmes sont plus que jamais prêtes à se mobiliser pour que les choses changent dès maintenant et pour les générations futures! », de conclure avec un large sourire Sylvie Riendeau Langlais.

Partager cet article