acheter local

Pas de maternelle 4 ans à plein temps à Boucherville

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Pas de maternelle 4 ans à plein temps à Boucherville
La répartition des maternelles 4 ans a été décidée en fonction de la capacité d’accueil des écoles.

Aucune classe de maternelle 4 ans à temps plein ne sera ouverte pour la prochaine année scolaire 2020-2021, à Boucherville.
La Commission scolaire des Patriotes (CSP) a annoncé la semaine dernière l’ajout de sept nouvelles classes sur son territoire, et aucune école de Boucherville ne figure dans la liste. Les nouvelles classes de maternelle, qui rappelons-le ne sont pas obligatoires, seront déployées, aux écoles Au-Fil-de-l’Eau, à Mont-Saint-Hilaire; de l’Amitié, à Saint-Jean Baptiste; de l’Odyssée, à Saint-Amable; Georges-Étienne-Cartier, à Saint-Antoine-sur-Richelieu; J.-P.-Labarre, à Varennes; Le Rocher (2 groupes), à Saint-Amable; Le Sablier, à Saint-Amable; Ludger-Duvernay , à Verchères; Mère-Marie-Rose (2 groupes), à Contrecoeur; et Saint-Charles, à Saint-Charles-sur-Richelieu.
La porte-parole de la CSP, Maryse St-Arnaud, explique que pour l’année 2020-2021, le ministre de l’Éducation a autorisé un nombre maximum de 12 classes de maternelle 4 ans temps plein. « Nous avons dans un premier temps identifié les écoles où il y avait l’espace disponible pour accueillir ces nouvelles classes, et celles-ci rencontraient les critères établis par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Puisque les écoles de villes Boucherville et de Saint-Bruno-de-Montarville ne disposaient pas de l’espace nécessaire pour accueillir de nouvelles classes, la question ne s’est pas posée. »
En ce moment, la CSP compte cinq classes de maternelle 4 ans temps plein, soit deux classes à l’école Mère-Marie-Rose, à Contrecœur, deux classes à l’école Le Rocher, à Saint-Amable, et une classe à l’école de l’Amitié, à Saint-Jean-Baptiste. Donc, aucune à Boucherville.
Rappelons que le premier ministre François Legeault avait mentionné que les critères dans le choix des emplacements seraient établis notamment en fonction du lieu de résidence des parents et de leurs revenus. Les classes devaient compter au moins six élèves issus de familles défavorisées, afin de venir en aide à cette clientèle plus fragile, avait-il également affirmé.
Il est à noter qu’aucune maternelle 4 ans n’est disponible à Saint-Bruno-de-Montarville.
Enfin, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, François Roberge, avait reconnu que le réseau de CPE répond aux besoins des tout-petits, mais il avait précisé qu’il s’agit d’une minorité des enfants.

Partager cet article