Les mots-croisés de La Relève

Ronald Beaupré reçoit le Prix Pierre-Boucher

Photo de Daniel Hart
Par Daniel Hart
Ronald Beaupré reçoit le Prix Pierre-Boucher

La plus haute distinction de l’Ordre du mérite

Ancien directeur général de la Ville de Boucherville de 1965 à 1991, Ronald Beaupré a reçu le Prix Pierre-Boucher, la plus haute distinction de l’Ordre du mérite, lors du concert extérieur de l’Orchestre symphonique de Longueuil, jeudi soir dernier.

Récipiendaire du même prix en 2013, l’ex-maire Yvon Julien lui a remis cet honneur, aux côtés du maire Jean Martel, avant la prestation des musiciens dirigés par le chef Marc David et leurs invités.

M. Beaupré s’est vu attribuer ce prix à la suite d’une recommandation du Secrétariat à la participation citoyenne au conseil municipal, non pas pour avoir été premier haut fonctionnaire durant toutes ces années, mais plutôt pour ses 70 ans de bénévolat, un rare accomplissement s’il en est un. « Tout un record », a mentionné M. Martel. À 86 ans, le récipiendaire du Prix Pierre-Boucher réserve encore de 25 à 30 heures par semaine au bénévolat pour différentes causes.

« J’accepte ces honneurs au nom de tous les bénévoles qui travaillent avec moi », a soutenu M. Beaupré avec émotion et gratitude. Il s’agit de la troisième distinction que reçoit l’octogénaire cette année. Un peu plus tôt au printemps, il s’est vu remettre le prix Hommage bénévolat-Québec, catégorie Bénévole, de la région Montérégie, pour sa remarquable contribution à son milieu de même que la Médaille d’argent pour les aînés pour la Montérégie, offerte par le Lieutenant Gouverneur.

Bien qu’il soit fier que ses actions soient reconnues, le récipiendaire demeure modeste. « Si ça peut faire quelque chose qui va en inspirer d’autres à faire du bénévolat, ce sera tant mieux », laisse-t-il entendre. Être bénévole, reconnaît-il, apporte beaucoup. « On en retire toujours un grand profit. Il y a un plaisir et c’est aussi un beau moment de formation parce qu’on rencontre des gens et on arrête d’avoir un esprit étroit. On voit le monde avec ses qualités et ses défauts; on accepte le monde tel qu’il est. C’est déjà un grand progrès pour la personne qui fait du bénévolat », philosophe-t-il en entrevue.

M. Beaupré entend demeurer bénévole tant que sa santé le lui permettra. Il confie toutefois qu’il prépare une relève actuellement autant au Centre des générations qu’à la Fondation des amis de la CASA.

Ses débuts comme bénévole remontent à son adolescence. À 15 ans, il était J.O.C., dont trésorier diocésain. Plus tard, avec son épouse, il a donné des cours de préparation au mariage et des cours d’orientation des foyers. Au milieu des années ’60, il a été secrétaire de la Société pour le progrès de la Rive-Sud, poste qu’il a occupé durant 11 ans. Il a aussi effectué du travail comme trésorier bénévole à l’Institut d’administration du Grand Montréal. Il fait également partie des membres fondateurs du Club Richelieu de Boucherville dont il est le trésorier depuis plus de 15 ans.

J’accepte ces honneurs au nom de tous les bénévoles qui travaillent avec moi Ronald Beaupré, récipiendaire du Prix Pierre-Boucher

Il a œuvré durant 16 ans à la Vie montante, un organisme de retraités. Il a aussi fondé le Centre de réadaptation de la Montérégie, aujourd’hui connu sous le nom Le Virage. Cet organisme vient en aide aux personnes ayant des problèmes d’alcool, de toxicomanie et autres dépendances. Il a également fait deux mandats de trois ans comme marguillier à la paroisse Saint-Louis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article