La MRC de Marguerite-D’Youville célèbre les 40 ans de sa « force régionale »!

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
La MRC de Marguerite-D’Youville célèbre les 40 ans de sa « force régionale »!
La MRC de Marguerite-D'Youville célébrait le 31 août dernier ses 40 ans d’existence et a réuni pour l’occasion une centaine de dignitaires, d’anciens et actuels élus ainsi que des employés et des partenaires ayant, à leur façon, participé à la progression de cet organisme qui a permis la concrétisation de projets innovateurs, et ce, dans toutes ses sphères d’activité. (Photo : Simon Lanciault)

La MRC de Marguerite-D’Youville célébrait le 31 août dernier ses 40 ans d’existence et a réuni pour l’occasion une centaine de dignitaires, d’anciens et actuels élus ainsi que des employés et des partenaires ayant, à leur façon, participé à la progression de cet organisme qui a permis la concrétisation de projets innovateurs, et ce, dans toutes ses sphères d’activité.
Le préfet et maire de Varennes, Martin Damphousse, a rappelé le chemin parcouru depuis la création de la Municipalité régionale de comté en 1982. Aujourd’hui, celle-ci administre non seulement la gestion des matières résiduelles, mais également les cours d’eau, l’aménagement du territoire, le patrimoine immobilier, un Service de développement économique, la Cour municipale régionale et l’Office municipal d’habitation.
La MRC a innové à de nombreuses reprises au cours des dernières décennies, notamment avec la mise en place du projet Horizon Nature pour la protection des espaces naturels, la concrétisation d’une entente sectorielle de valorisation du patrimoine, le lancement d’un Atlas des paysages de la MRC et d’un Programme d’aide à la restauration patrimoniale ainsi que la mise en place des installations de biométhanisation de la SÉMECS à Varennes.
Des leaders… ensemble!
Suzanne Roy a été le plus longtemps à la tête de la MRC, soit de 2005 à 2014 et de 2017 à 2021, et elle a bien résumé l’importance d’une telle structure à l’échelle régionale. « Quand les MRC ont été lancées, l’idée a été contestée partout au Québec! En fait, personne ne voulait perdre son petit pouvoir local. Mais ici, nous avons réalisé que nous pouvions nous donner une force régionale extraordinaire, où chaque municipalité est plus forte, où chaque municipalité a plus de poids et c’est ce que nous avons fait avec des gens de bonne volonté! », a lancé celle qui disait souvent à titre de préfet : « Seul, on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin! »
Elle a ajouté que ses responsables voulaient en faire très rapidement un modèle au plan du développement économique, environnemental, etc. Et c’est avec l’embauche de l’actuel directeur général, Sylvain Berthiaume, et son équipe au fil des ans que ce vœu est devenu une réalité. « Il y est pour beaucoup dans la venue de cette force régionale! », a lancé Mme Roy, sous les applaudissements de l’assemblée.
Les élus étaient convaincus très rapidement des bénéfices de la Municipalité régionale de comté et ils se sont battus pour la garder quand celle-ci était menacée d’être fusionnée avec Longueuil, au milieu des années 1990, comme l’a rappelé l’ancien maire de Varennes, Jean Robert, qui a aussi été préfet de 1994 à 2000. « Nous nous sommes tournés vers notre député, nul autre que Bernard Landry, pour lui dire : « On laisse ça comme on est, on est capable d’en faire une MRC encore plus dynamique! » Et 20 ans plus tard, on voit bien que c’était une très bonne idée d’être restés ensemble. Nous sommes une région très prospère et aussi, nous avons toujours eu une très bonne collaboration ensemble. »
Cette grande collaboration a d’ailleurs été soulignée par une anecdote de l’actuel préfet et maire de Varennes, Martin Damphousse. Lors d’un des plus récents congrès des MRC à l’échelle du Québec, quelques délégations se sont par la suite réunies dans un restaurant où ils étaient 3 ou 4 par table, mais l’équipe de Marguerite-D’Youville a réuni… 53 personnes! « C’est ça la force de notre groupe! Nous sommes un modèle inspirant et même, j’oserais dire, jalousé par d’autres. Alors je vous dis qu’il ne tient qu’à nous de lever nos bras bien haut, un peu comme la devise du Canadien de Montréal, pour que nous restions des leaders!»




Partager cet article