Boucherville: Quand Laetitia promène « Thérèse » en ville !

François Laramée
Boucherville: Quand Laetitia promène « Thérèse » en ville !
Thérèse était le centre d'attraction à la crèmerie sur le boulevard Marie-Victorin (Photo : Marion Beylich)

Mercredi dernier Laetitia Brouard voulait offrir une petite marche à « Thérèse » mais il faisait un peu chaud alors elle l’a amené directement jusqu’au bord de l’eau, près de la crèmerie, en voiture. Le hic c’est que Thérèse n’est ni un chien ni un chat c’est une génisse…une vache!
Contrairement à Carmen Campagne qui chantait «pas capable de tirer ma vache », non seulement la bouchervilloise Laetitia Brouard en est pleinement capable mais sa vache est devenue à ce point un animal de compagnie qu’elle se balade dans les rues de Boucherville avec elle, en laisse, comme si elle promenait son chien! Inutile de préciser aussi que les promenades de Leatitia et sa vache ne passent pas inaperçu. « Mercredi dernier il y avait plein de monde sur la piste et dans le secteur de l’église et on se faisait arrêter partout pour que les gens puissent prendre des photos » dit Laetitia qui dit promener ses vaches en ville pour les habituer au bruit et pour les socialiser, elle qui a démarré, l’an dernier, son élevage de bovin sur une ferme du rang Général-Vannier.
«Cette génisse de cinq mois est gentille et affectueuse. Elle a un tempérament en or! Elle cherche le contact avec les gens et elle est très patiente même avec les enfants. Quand on fait la file devant la crèmerie près de l’église ça fait sourire les gens.». «Ce sont des animaux très calmes et dociles qui gagnent à être connus», estime la jeune éleveuse au début de la vingtaine
Dans une récente entrevue à la revue Sélection.ca, Laetitia précise qu’elle veut s’assurer que ses jeunes bovins restent calmes en toutes circonstances, car elle souhaite les entraîner à faire de la zoothérapie. «Je prévois suivre un cours de zoothérapie prochainement pour approfondir mes connaissances dans ce domaine. Cette envie remonte à 2018, alors que je travaillais dans une fermette. J’ai établi une relation extraordinaire avec une génisse appelée Jasmine. J’ai réussi à l’entraîner à se coucher sur demande, à monter dans la remorque et à me suivre sans licou. Je pouvais même la monter comme un cheval! Une fois complété son cours de zoothérapie, Leaticia veut d’ailleurs poursuivre l’expérience en se servant de ses vaches pour l’aider dans sa future carrière.
Dire que Laetitia Brouard est une amoureuse des animaux est un euphémisme. Ce n’est pas pour rien qu’elle travaille à une ferme voisine et est beaucoup plus à l’aise avec des bottes de travail que sur des talons hauts. Plus jeune son émission favorite à la télé était les spéciaux sur les encans d’animaux, c’est tout dire.
Pour l’heure Laetitia s’occupe d’une dizaine de bêtes, des bœufs Angus, des veaux et deux Génisses. A partir du 15 septembre, elle se lancera dans la vente de viande de sa petite production ce qui devrait lui permettre de payer ses nombreuses dépenses actuelles. «Toute ma production prévue à l’automne est déjà vendue et, à partir de l’an prochain ma petite entreprise devrait me permettre de gagner en partie ma vie et de vivre de ma passion. Mais en attendant, dans quelques mois et tout comme l’an dernier, Laetitia se retrouvera cet hiver au volant d’un tracteur en train de déneiger des résidences de Boucherville. « Thérèse » devra alors attendre un peu pour sa marche au village!


Partager cet article