Verchères 350

Exposition des œuvres de Karine Lambert à la bibliothèque de Sainte-Julie jusqu’au 10 février

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Exposition des œuvres de Karine Lambert à la bibliothèque de Sainte-Julie jusqu’au 10 février
On dit souvent que l’art fait du bien à l’âme, mais dans le cas de Karine Lambert, c’est encore plus que ça car la peinture a été pour elle une forme de thérapie peu de temps après que la maladie l’ait frappée. (Photo : Courtoisie)

On dit souvent que l’art fait du bien à l’âme, mais dans le cas de Karine Lambert c’est encore plus que ça car la peinture a été pour elle une forme de thérapie peu de temps après que la maladie l’ait frappée. Si la création de ses œuvres lui fait beaucoup de bien, elle espère qu’elles auront aussi un effet bienfaisant pour ceux qui iront les voir à la bibliothèque de Sainte-Julie, où son exposition est présentée jusqu’au 10 février.
« À la suite d’une commotion cérébrale sévère survenue il y a onze ans, je suis atteinte de céphalée de Horton de type 3 (NDLR : dont le mal de tête, qui peut durer jusqu’à trois heures, est si douloureux qu’on le surnomme tristement « la migraine du suicide ») avec paralysie faciale », explique la résidente de la Montérégie.
« En raison d’une crise incontrôlable survenue il y a trois ans, le système électrique de mon corps a « lâché » et les médecins ont découvert que la fibromyalgie venait de s’installer dans mon corps et a provoqué beaucoup de problèmes cognitifs. Encore aujourd’hui, nous n’avons pas encore tout résolu, alors mon docteur et mon neurologue m’ont conseillés de trouver des façons de me détendre », a expliqué Mme Lambert.
« Une amie à moi, qui est artiste peintre reconnue au niveau international, m’a expliqué tous les bienfaits qu’elle ressent lorsqu’elle peint, alors, comme je faisais déjà de l’artisanat, je me suis dit : « Go! Essaye! ». J’y ai découvert un plaisir fou et surtout un beau moyen de relaxer tout mon corps et ses complications. Le plaisir de faire mes toiles m’apporte beaucoup de joie, de relaxation, et de gratification », s’est exclamée celle qui se passionne également pour les animaux et la musique.
« Je veux partager mes créations avec les gens, alors j’espère me faire connaitre et continuer dans ce beau défi. Je n’ai pas de style prédéterminé, c’est je dirais du fluide abstrait. Je rentre dans mos atelier, je m’assoie en regardant mes couleurs et mes toiles. Je décide tout doucement quelle couleur je choisirai et quelle grandeur de toile et quelle technique. Tout se fait là, sur le coup, sur le moment, sur le feeling et je me laisse guider », a conclu l’artiste qui espère que son bien-être saura se transmettre aux gens qui viendront voir l’exposition qui se tient à la bibliothèque municipale de Sainte-Julie jusqu’au 10 février prochain.


Partager cet article