Les mots-croisés de La Relève

Forestime: un nouveau jeu pour favoriser l’estime de soi chez les enfants

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
Forestime: un nouveau jeu pour favoriser l’estime de soi chez les enfants
Le jeu Forestime, créé par l'équipe de la Maison des Enfants de la Montérégie (Photo : Maison des Enfants de la Montérégie)

Avoir une saine estime de soi est l’un des apprentissages les plus importants qu’un enfant puisse assimiler pour s’épanouir et trouver son chemin dans la vie. Afin d’aider les jeunes à développer un regard positif sur eux-mêmes, l’équipe de la Maison des Enfants de la Montérégie a créé le jeu Forestime qui va les amener à se questionner et à s’exprimer tout en s’amusant.

« L’estime de soi, ça demeure en tout temps une préoccupation, explique Catherine Champagne qui est responsable du déploiement du projet Forestime dans les écoles de la région. On en parlait quand j’étais jeune et c’est encore d’actualité. À la Maison des enfants, nous avons un service de courrier et nous entretenons des correspondances avec des jeunes qui ont jusqu’à 12 ans. On voit à quel point ils vivent de l’anxiété, alors c’est peut-être même encore plus important d’en parler aujourd’hui. »

Selon l’agent de développement et de communication, le jeu fait partie des outils disponibles afin d’aider les jeunes à apprendre à se connaître et pour les adultes qui les supervisent, de les entendre s’exprimer sur des enjeux importants.

« C’est dans la mission de l’organisme de favoriser le développement d’une bonne image de soi des jeunes de 5 à 12 ans. Donc c’est sûr que nous ce qu’on fait, c’est toujours dans le but de valoriser l’enfant. On veut qu’ils apprennent un peu à se découvrir et à développer leur sentiment de compétence. »

Sérieux et ludique à la fois

Si, pour développer Forestime, les intervenants de la Maison des Enfants et leurs collaborateurs ont mis les efforts nécessaires pour rendre le jeu attrayant, ils sont aujourd’hui en mesure de constater la réussite de leur projet.

« Honnêtement, les commentaires qu’on reçoit des jeunes sont excellents, poursuit Catherine Champagne. Les enfants qui l’ont essayé ont beaucoup apprécié leur expérience. C’est vraiment un jeu de planche, un jeu de société avec des questions. C’est quand même sérieux, mais il reste que, à travers tout ça, il y a des blagues pour détendre l’atmosphère. C’est vraiment ludique. Nous avons commencé à en parler dans les écoles, alors ça va être beaucoup utilisé dans notre réseau. »

Chacune des 25 écoles primaires du secteur couvert par la Maison des Enfants de la Montérégie recevra d’ailleurs deux exemplaires de Forestime afin de les aider à renforcer la confiance en soi d’enfants qui en ont souvent bien besoin.

« Je passe dans les écoles et je rencontre les éducateurs pour leur expliquer comment fonctionne Forestime. C’est un jeu qui nécessite un encadrement par un adulte. Ensuite, nous allons attendre les feedbacks et, si ça fonctionne bien, nous pensons peut-être ajouter une extension pour ceux qui ont plus de 12 ans. Ça n’est pas notre clientèle cible, mais c’est une idée à laquelle nous avons songé. »

20 ans et toutes ses dents

Enracinée à Varennes, la Maison des Enfants célèbre par ailleurs cette année son 20e anniversaire. Le lancement de Forestime survient donc à un moment charnière dans le parcours de l’organisme qui, comme tous les autres, a dû faire face aux difficultés inhérentes à la pandémie au cours des deux dernières années.

« À la base, c’est certain qu’on veut faire quelque chose pour souligner l’événement, mais présentement, en raison de la COVID, le projet demeure sur la glace pour l’instant. Cette année, comme nous avons demandé aux bénévoles de demeurer à la maison pour diminuer les risques, nous avons pris le relais pour assurer le maintien des activités. Nous avons continué de recevoir des lettres, d’offrir le service de tutorat, mais comme les enfants étaient à la maison, ça n’était pas gagné d’avance. Présentement, nous lançons le jeu et, à partir de l’hiver, nous allons réfléchir à nos prochains projets pour les années suivantes. »

 

Partager cet article