Les mots-croisés de La Relève

La séance en bref: Des vignettes à l’usage exclusif des Verchèrois

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
La séance en bref: Des vignettes à l’usage exclusif des Verchèrois

Voici en résumé quelques-uns des points qui ont été abordés par les élus de Verchères lors de la séance ordinaire qui se déroulait en visioconférence le 3 mai dernier.

  • Les membres du conseil ont procédé à la présentation du projet de règlement no564-2021 visant à modifier le règlement n374-2004 concernant le stationnement des remorques à bateaux. « Vous le savez, notre installation près du quai, c’est un espace assez restreint, a expliqué le maire Alexandre Bélisle. Ce sont des petites rues qui donnent accès à ce secteur. Considérant le fait que nous avons eu beaucoup de problématiques avec le stationnement de remorques à bateau, on a décidé de passer un règlement qui limitera la vente de passes saisonnières aux résidents au coût de 50 $. Il n’y aura plus de passe quotidienne ni de passe saisonnière pour les non-résidents. C’est un règlement qui couvrira la période comprise entre le 15 mai et le 15 septembre. Comme chaque année, il est interdit de stationner une remorque à bateau dans le stationnement du parc des Pionniers sans avoir obtenu au préalable une vignette autocollante valide et de l’avoir posée sur la partie avant de la remorque. Nous espérons avec ce règlement que la cohabitation entre les résidents qui descendent leur bateau, les piétons et les cyclistes sera belle dans cet espace qui nous est cher à tous. »
  • Les élus ont par ailleurs procédé à l’adoption du règlement de concordance n563-2021. Ce dernier visant à modifier le règlement de zonage n443-2010, relativement aux conditions d’exploitation acéricole dans le bois de Verchères, zone CONS-1.
  • Le conseil a adopté l’Adendda no3 de l’entente intermunicipale relative à l’établissement d’un plan d’aide mutuelle pour la protection contre l’incendie et le sauvetage d’urgence en milieu isolé. Les élus ont ainsi entériné les modifications proposées à l’entente signée avec les autres municipalités de la MRC de Marguerite-D’Youville en 2011. « Aujourd’hui, nous y apportons quelques modifications entre autres parce que nous désirons la bonifier en y ajoutant les services d’une ressource en recherche de causes et circonstances des incendies, a précisé le maire. Nous voulons également bonifier les taux horaires facturables lors de l’utilisation des ressources prévues dans l’entente. »
  • Le conseil a convenu d’octroyer un mandat à l’organisme Passerelle dans le but de réaliser un plan d’action de la politique culturelle. « Cette politique, nous l’avons adoptée dernièrement, a rappelé M. Bélisle, alors nous en sommes à adopter un plan concret. » Le montant du contrat s’élève à 11 130 $ plus les taxes applicables.
  • En accord avec la volonté de la Municipalité de vouloir encourager l’excellence en sport, dans les sciences et les arts, les élus ont résolu d’accorder une aide financière de 100 $ à la jeune Mégane Lebel pour sa participation au spectacle des finissants de la technique professionnelle de musique et de chanson du Cégep Marie-Victorin. L’événement aura lieu le 18 mai.
  • Dans le cadre du dernier budget, Ottawa s’est engagé à investir une somme de 4 milliards de dollars afin d’inciter les provinces à créer un réseau national de garderies abordables et universelles. Comme le Québec a déjà son programme, le gouvernement fédéral a confirmé son intention de donner une compensation financière à la province. À la lumière de ces dénouements, les représentants municipaux ont adopté une résolution demandant au gouvernement provincial de prendre une partie de ces sommes afin de créer rapidement de nouvelles places en garderie. Le maire a rappelé qu’il y a actuellement un manque pressant de 51 000 places en garderie au Québec, une problématique qui touche également les familles verchèroises « On le sait, pour une partie de la population, les garderies sont très utiles. Il y a une rareté dans la région. C’est comme s’il n’y avait pas assez de place pour subvenir à tous les besoins. »

 

Partager cet article