Les mots-croisés de La Relève

Boucherville réclame un meilleur accès aux soins de santé

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Boucherville réclame un meilleur accès aux soins de santé
L’amélioration de l’accès aux soins de santé spécifiquement pour les aînés est une préoccupation pour l’ensemble de la population.

La Ville de Boucherville s’adressera au gouvernement du Québec pour demander que l’accès aux soins de santé pour la population soit augmenté et amélioré, et ce, principalement pour la clientèle orpheline d’un médecin de famille.
À la suite d’une recommandation faite par la Commission des aînés de Boucherville auprès du conseil municipal, le maire Martel a en effet promis de faire les représentations nécessaires auprès des instances gouvernementales, même s’il ne s’agit pas d’un dossier de compétence municipale. « Il y a une véritable problématique à Boucherville en matière d’accès aux soins de santé, et la situation ne s’est pas améliorée au cours des dernières années », déplore-t-il.
En septembre 2020, pas moins de 5763 Bouchervillois, soit 14,14 % de la population, étaient inscrits sur la liste d’attente du Guichet d’accès pour la clientèle orpheline (GACO) du Centre de santé et de services sociaux Pierre-Boucher. L’inscription la plus ancienne datait de 2015.
La Commission des aînés de Boucherville s’inquiète de cette difficulté pour les Bouchervillois de trouver un médecin de famille dans le système public. Elle mentionne que la population aînée est en constante croissance, se situant à plus de 26 % de la population totale, et que des services de proximité sont à privilégier pour cette clientèle.
Dans les faits, Boucherville ne compte qu’une seule clinique médicale publique composée onze médecins pour desservir une population d’environ 42 700 personnes. Le groupe de médecine familiale (GMF) des Îles-Percées, qui se trouve sur le boulevard du Fort-Saint-Louis, a perdu quatre médecins en trois ans (trois ont pris leur retraite, et un est parti pour des raisons de santé), et un autre prévoit fermer la porte de son cabinet en juin 2021. Depuis 2017, elle a accueilli quatre nouveaux médecins et l’équipe compte 12 000 patients.
Selon la Commission des aînés, l’embauche de médecins et d’infirmières praticiennes au CLSC et dans les cliniques médicales pourrait répondre aux besoins de la clientèle orpheline et des médecins de famille. L’ajout d’infirmières praticiennes dans une clinique médicale sans rendez-vous pour la clientèle orpheline ou en CLSC réduirait la charge des médecins et le nombre de visites à l’urgence. La Commission des aînés précise qu’il y a de plus en plus de cliniques médicales privées à Boucherville, ce qui a pour effet de créer un système à deux vitesses.





Partager cet article