Les mots-croisés de La Relève

Un appel à se faire teste au moindre symptôme même si la situation s’améliore en Montérégie

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Un appel à se faire teste au moindre symptôme même si la situation s’améliore en Montérégie
Le premier ministre a demandé à toutes les personnes présentant le moindre symptôme d'aller se faire tester. La capacité de testage du système a augmenté considérablement, ce qui rend le processus plus rapide et accessible.

La courbe des cas actifs continue de descendre en Montérégie, ce qui est une bonne nouvelle en soi, mais le premier ministre du Québec a néanmoins demandé à toutes les personnes présentant le moindre symptôme d’aller se faire tester.
Selon les données de la Direction de la santé publique en Montérégie (DSPM), on recensait 1 057 cas actifs dans la région du 4 au 10 février dernier. Ce chiffre est en baisse si l’on compare avec la période de sept jours précédente, soit du 29 janvier au 3 février, alors que l’on comptait 1 340 cas actifs.
On note aussi que, depuis le début de la pandémie, il t a eu près de 40 000 personnes affectées par la COVID-19 (39 743) en Montérégie, alors que 1 415 d’entre elles y ont succombé. Dans la MRC de Marguerite-D’Youville, il y a eu 1 740 cas depuis mars dernier et l’on déplore 53 décès.
En date du 10 février, la DSPM indiquait qu’il y avait 25 cas actifs à Sainte-Julie, 15 à Saint-Amable, 13 à Varennes, 5 à Verchères, alors que l’organisme se contentait de dire qu’il y avait moins de 5 cas sur les territoires de Contrecœur et Calixa-Lavallée.
Capacités de tests augmentées
Cette baisse se constate aussi à l’échelle du Québec, car la moyenne des nouveaux cas se situe aux alentours de 1 000 par jour. Toutefois, le nombre d’hospitalisations est encore trop élevé au goût du premier ministre qui a lancé un appel à ne pas relâcher les efforts dans la lutte contre le virus, malgré l’assouplissement des restrictions et la réouverture graduelle des commerces et des campus.
« La situation continue à s’améliorer. Le nombre de cas, les hospitalisations et les décès diminuent, mais il faut continuer d’être très prudents. Je sais que beaucoup de Québécois sont très tannés. Je sais que plusieurs ont hâte de voir leurs amis, de souper ensemble. Mais nous n’avons pas le choix, il faut continuer à faire des sacrifices », a déclaré François Legault en point de presse le 9 février dernier.
« On me dit que les gens attendent deux jours avant d’aller se faire tester. Il faut y aller dès qu’on a des symptômes. On a beaucoup augmenté nos capacités de tests. Ça ne prend pas de temps, et on a le résultat, en moyenne, en moins de 24 h », a-t-il ajouté.
« On sait que le Québec a été très touché, en particulier dans la première vague. On s’en tire mieux dans la deuxième vague. Au total, toutes proportions gardées, parmi les pays du G7, le Québec a eu plus de décès que le reste du Canada et que l’Allemagne, mais moins que les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. Cela dit, il va falloir tirer des leçons de cette crise collectivement », a conclu M. Legault.

Partager cet article