Les mots-croisés de La Relève

Février 2021: Et les chevreuils du parc Michel-Chartrand gambadent toujours!

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Février 2021: Et les chevreuils du parc Michel-Chartrand gambadent toujours!

La Ville devrait en faire un sanctuaire selon Sauvetage Animal
Cinq mois après l’annonce de l’abattage d’une quinzaine de chevreuils au parc Michel- Chartrand de Longueuil, et après que la Ville eut changé son fusil d’épaule et accepté de mandater une firme pour simplement déplacer les bêtes, les cervidés gambadent toujours, en ce début du mois de février. Les retards s’accumulent et la paperasse aussi.

Aucun des 15 chevreuils qui devaient être déplacés du parc n’a encore été capturé.
Nous voilà donc à la prise trois ou quatre de cette saga sans fin qui a débuté au mois d’octobre dernier lorsque la Ville de Longueuil a annoncé vouloir faire abattre 15 chevreuils pour diminuer le cheptel du parc Michel-Chartrand, évalué à environ 35 têtes.
À ce moment, la Ville soutenait que les cervidés mettaient en péril l’écosystème du parc.
Après un soulèvement populaire, des manifestations et même des menaces de mort à l’endroit de la mairesse, la Ville a reculé en mandatant un organisme privé pour déplacer les chevreuils vers des refuges.
« Sauvetage animal Rescue » attend cependant toujours et encore l’obtention de tous les permis nécessaires à la capture et au déplacement des bêtes.
En entrevue avec La Relève lundi dernier, le directeur de « Sauvetage Animal », Éric Dussault a confirmé que le dossier avance, mais celui-ci est complexe
Il doit obtenir un certificat de bons soins qui sera délivré gratuitement (heureusement) par l’Université de Montréal. Celui-ci devait l’être en janvier, mais les choses traînent.
Lundi dernier, Éric Dussault s’attendait à le recevoir vers la mi-février.
Une fois obtenu, le fameux certificat sera transmis au ministère de la Faune et des Parcs pour que celui-ci délivre un permis pour la capture et le déplacement. « Ça devrait aller assez rapidement, car notre dossier est ouvert depuis plusieurs mois déjà », croit Éric Dussault.
Une fois la paperasse terminée, « Sauvetage animal » installera des clôtures pour capturer les bêtes, puis les déplacera vers trois sites, le Miller Zoo, le Familizoo et la Ferme 5 étoiles. Une opération qui prendra quelques semaines.
« L’opération de capture et de transfert doit être réalisée avant la mi-mars, car il ne faut pas oublier non plus que de nombreuses biches (femelle chevreuil) sont actuellement en gestation, ce qui veut dire que ce ne sont pas seulement 15 bêtes qui devront être déplacées, mais peut-être 30 ou 40, avec les petits, à naître au mois de mai environ.
Au début, nous estimions les coûts de l’opération à environ 20 000 $, mais avec l’obtention sans frais du permis par l’Université, ça devrait coûter approximativement 15,000$, incluant les frais pour la location de clôture, l’achat de fusils tranquillisants, les médicaments et le transport », précise M. Dussault.

À refaire l’an prochain!

Interrogé sur la gestion des cerfs à Longueuil, Éric Dussault est catégorique. « L’opération de cette année ne résoudra pas le problème à long terme tout simplement en raison de la grande mobilité des bêtes qui n’est pas réglée. »
« Les chevreuils peuvent se déplacer librement, que ce soit en provenance du Mont-Saint-Bruno, des boisés de Boucherville, du boisé du Tremblay ou encore lorsqu’ils traversent le fleuve gelé, en provenance des Îles-de-Boucherville.
La seule solution viable selon nous est la création d’un sanctuaire dans le parc Michel-Chartrand. Il faut littéralement encercler le parc avec des clôtures de 10 pieds de hauteur puis faire un véritable inventaire du cheptel de chevreuil à l’intérieur.
Ensuite, la stérilisation chimique permettrait de contrôler le nombre de bêtes qui pourraient même être nourries directement dans le parc.
Ce serait alors une belle richesse faunique, mais contrôlée sinon, l’opération de déplacement d’un certain nombre de bêtes devra être répétée de façon récurrente », conclut M. Dussault.
Idéalement « Sauvetage animal Rescue » devrait commencer l’opération capture et déplacement à partir de la mi-février, selon aussi la vitesse à laquelle « la paperasse » gambadera…






Partager cet article