acheter local

Son opération au poumon est retardée: Pierre Taillefer atteint d’un cancer et victime collatérale de la COVID-19

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Son opération au poumon est retardée: Pierre Taillefer atteint d’un cancer et victime collatérale de la COVID-19
Pierre Taillefer dénonce la situation actuelle et demande que les services médicaux pour les patients atteints d’un cancer soient pleinement restaurés.

Il demande que les services médicaux pour les personnes souffrant d’un cancer soient pleinement offerts

Pierre Taillefer, un Bouchervillois de 63 ans, mène actuellement une double bataille; l’une personnelle contre le cancer, et l’autre, pour que le gouvernement du Québec restaure pleinement les services médicaux pour tous les patients souffrant d’un cancer.

M.Taillefer a appris par hasard en février dernier qu’il était atteint d’un cancer. « Lors d’une mauvaise chute en ski, je me suis fracturé une côte, mais la radiographie a révélé pire encore, un cancer au poumon gauche. Ce fut un choc, ma vie venait de basculer, au mauvais moment, en pleine pandémie de la COVID », raconte-t-il lors d’une entrevue accordée à La Relève.
« La première chose que les médecins m’ont dite, c’est qu’il fallait que je me fasse opérer rapidement pour retirer la tumeur. Mais j’avais un deuxième problème, soit la présence de ganglions juste à côté du poumon. »
M. Taillefer a subi une première biopsie au poumon qui a confirmé le diagnostic, et il devait en subir une deuxième pour les ganglions. Planifiée un lundi, elle a été reportée au mercredi suivant. « Ces deux interventions étaient nécessaires pour que les médecins puissent établir mon plan de traitement. Mais entre ces jours, il y a eu une directive ministérielle de tout arrêter et de reporter les interventions. »
La deuxième biopsie n’a jamais été faite et parce que l’intervention chirurgicale était retardée, les médecins ont décidé de lui prodiguer des traitements de chimiothérapie, en espérant qu’il n’ait pas de développement de métastases. « Habituellement, les patients reçoivent la chimiothérapie après l’opération », précise l’ingénieur électrique qui a appris le report de sa chirurgie le même jour ou lors du point de presse quotidien, le premier ministre Legault et la ministre de la Santé Danielle McCann affirmaient aux journalistes que rien n’était changé pour les patients atteints du cancer. « Soit qu’ils mentent délibérément, soit qu’ils ne connaissent pas ce qui se passe dans les hôpitaux ou soit qu’ils disent des demi-vérités », lance M. Taillefer qui répète que « lorsqu’on est atteint souffre d’un cancer, le temps presse. »
« Lorsqu’un cancer est localisé et lorsque c’est possible, on fait une chirurgie pour enlever la tumeur cancéreuse. Dans mon cas, la chirurgie n’a pas eu lieu. La ministre de la Santé a pourtant déclaré que les chirurgies « urgentes » étaient pratiquées. Lorsque l’on sait qu’il y aura cette année 56 000 nouveaux cas de cancer et que 22 400 Québécois vont en mourir, qu’est-ce qui est le plus urgent? Un patient qui a un problème cardiaque, un accident grave de la route ou une chirurgie pour le cancer? Il y aura toujours des urgences plus urgentes que les autres, et malheureusement, les cas de cancer sont mis en veilleuse. »

M. Taillefer demande que l’on restaure l’ensemble des services médicaux pour les gens qui en ont besoin, « et de ne plus y aller au compte-gouttes pour les chirurgies ». Il demande également de rouvrir les centres de recherche, « car ils assurent que des soins soient donnés aux personnes qui ne peuvent être opérées ou qui ne répondent pas aux autres méthodes de traitement du cancer. Il y a actuellement plein de gens sans espoir parce c’est fermé. »
« Je veux vivre, et je vous demande de l’aide. Écrivez à la ministre McCann.»
M. Taillefer a mis sur YouTube une vidéo où il raconte son histoire et où il dénonce la situation.

Partager cet article