acheter local

Espoir de la LNH : Alexis Giguère recruté par une université américaine

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Espoir de la LNH : Alexis Giguère recruté par une université américaine
Alexis Giguère évolue présentement pour le Boomerang du Cégep André-Laurendeau dans le circuit collégial D1 du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ).

Un hockeyeur de Sainte-Julie inscrit sur la liste des joueurs à surveiller pour les prochains repêchages de la Ligue nationale de hockey a aussi été courtisé par plusieurs universités américaines. Et c’est au pays de l’Oncle Sam qu’Alexis Giguère vivra sa passion pour ce sport tout en menant des études en vue de l’obtention d’un diplôme en génie.
Repêché au même moment par les Saguenéens de Chicouitmi dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Alexis a dû rapidement prendre une décision sur son avenir. Le jeune hockeyeur qui évolue présentement au niveau du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) pour l’équipe Boomerang du Cégep André-Laurendeau a finalement accepté l’offre de la bourse d’études complètes de l’Université Clarkson dans l’état de New-York. Il jouera donc dans la puissante division 1 au hockey universitaire dans la National Collegiate Athletic Association (NCAA). La date d’entrée d’Alexis dans la NCAA n’est pas connue, mais les entraîneurs du Golden Knight de Clarkson communiquent régulièrement avec lui ainsi qu’avec son entraîneur au niveau collégial, Alexandre Dandenault.
Alexis a décidé de poursuivre son cheminement dans une université américaine car cette voie correspond davantage à sa personnalité. « L’avantage du parcours américain est l’obtention d’un baccalauréat, mais également le développement des athlètes. Dans la ligue LHJMQ, le joueur doit performer dès son entrée, autrement son nom peut être rapidement oublié. Dans la NCAA, le modèle de développement est à long terme, ce qui donne le temps aux joueurs de bien se développer autant sur le plan physique que psychologique », explique sa mère, Josée Laforme.
Habile et rapide
L’attaquant du Boomerang a une fiche de 18 buts et 11 passes en 23 parties. Il occupe le 11e rang au classement général de la ligue pour le total des points, et le 4e rang pour le nombre de buts.
Le hockeyeur âgé de 17 ans a obtenu à deux reprises le titre de joueur de la semaine au cours des mois de novembre et décembre derniers. Avec une moyenne générale de 90 % en sciences de la nature, Alexis se démarque à la fois pour ses performances sportives et scolaires. C’est ainsi qu’il a également mérité une bourse de 3000 $ de la Fondation de l’athlète par excellence dans la catégorie Recrutement collégial, ainsi qu’une autre de 1000 $ de la ligue Midget AAA pour le joueur-étudiant de son équipe.
Des débuts à 4 ans
Alexis a commencé à jouer au hockey à l’âge de quatre ans dans le programme Méthode d’apprentissage de hockey sur glace (MAGH 1). Après sa première année couronnée de succès dans la catégorie novice A, le conseil d’administration de l’Association de hockey mineur de Sainte-Julie décide de le surclasser dans la plus haute catégorie du calibre atome, soit atome BB (les calibres AA et AAA n’existaient pas).
Jusqu’à 11 ans, Alexis a joué au hockey au sein de l’organisation de sa ville ainsi que dans des équipes regroupant des joueurs élites provenant du Québec et de la côte est américaine. Il a participé à plusieurs reprises aux tournois Invitation Brick, l’une des plus importantes compétitions de hockey mineur en Amérique du Nord, tenues entre autres à Boston, à Buffalo, à Toronto et à Edmonton. Son plus beau souvenir demeure sa participation, à l’âge de 12 ans, au match des étoiles d’un tournoi international de Bolzano, en Italie, avec l’équipe East Coast Sélect.
Alexis s’est ensuite inscrit au programme sport-études à l’école secondaire De Mortagne. Il a terminé ses études secondaires avec l’équipe midget AAA Gaulois de Saint-Hyacinthe. Il a eu la chance de soulever à trois reprises la très convoitée Coupe Dodge, soit en 2013 (avec les Grizzly de Sainte-Julie, atome BB), en 2017 (avec De Mortagne, midget espoir) et finalement en 2018 (avec les Gaulois de Saint-Hyacinthe, midget AAA).
Conscient qu’il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier, il souhaite faire des études universitaires. « J’accorde une importance capitale aux études. C’est toujours un bon plan B si ton premier plan c’est le hockey. Une blessure dans le sport, cela peut toujours arriver et il ne faut jamais négliger le volet académique de son parcours », insiste-t-il.

Partager cet article