Les mots-croisés de La Relève

À 90 ans, il court toujours après la balle

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
À 90 ans, il court toujours après la balle
À 90 ans, Jean-Pierre Laurencelle est encore un passionné du tennis. Il a toujours pratiqué ce sport dans le but de s’amuser et de s’améliorer, et non pas pour gagner.

Jean-Pierre Laurencelle a célébré ses 90 ans sur un court de tennis samedi dernier avec son fils Christian et deux de ses amis. Le quatuor a disputé quelques matchs au club Sani Sport de Boucherville. Le tennisman d’expérience ne pouvait avoir plus beau cadeau d’anniversaire.
Petit et mince, le nonagénaire est en grande forme. Il s’élance encore sur la balle jaune et ses smashs ont toujours de la puissance.
Le tennis est sa passion depuis l’âge de 14 ans, et M. Laurencelle n’est pas prêt à abandonner la raquette. Jusqu’à l’âge de 88 ans, il jouait durant l’été cinq fois par semaine avec une ligue de retraités. Il se rendait même à vélo aux terrains de tennis, voisins du complexe aquatique de Boucherville. Une randonnée d’un kilomètre… pour le réchauffement.
« Jouer au tennis, ça nous entretient la forme », dit-il, et à le voir aller, on le croit. Il marche et court solidement, et il est « allergique aux ascenseurs. J’emprunte toujours les escaliers », confie-t-il.
« J’aime ce sport parce qu’il est amical et parce qu’il n’est pas violent. On ne joue pas contre des personnes, mais avec un adversaire, un ami, pour améliorer nos réflexes, nos techniques, nos smashs et notre jeu au filet. Il n’y a pas de rivalité, pas de chicane, on ne compte pas les défaites ni les victoires. On joue pour notre plaisir personnel, et pour être avec les amis.»
L’ancien ingénieur à la Ville de Montréal précise qu’il a toujours joué au niveau amateur et qu’il n’a jamais fait de compétition. Il pratiquait ce sport sur des surfaces en terre battue, alors pour lui, c’est le confort total lorsqu’il se retrouve sur un court intérieur.
Depuis qu’il habite à la Résidence Montarville, il a diminué le rythme des parties, pour des raisons de transport. Mais là, M. Laurencelle s’adonne à une autre passion; celle de jouer du piano dans le petit salon de la résidence et entouré de son auditoire de résidents qui chantent joyeusement.

Partager cet article