Une aide de 2 milliards $ pour soutenir les industries de l’acier et de l’aluminium

Une aide de 2 milliards $ pour soutenir les industries de l’acier et de l’aluminium

Cette question touche tout particulièrement la région puisque la MRC compte plusieurs producteurs locaux, notamment ArcelorMittal à Contrecœur, bien sûr, mais également Acier Fati et Acier Picard à Varennes.

Crédit photo : Archives

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Canada ne prend pas de vacances elle. Récemment, Ottawa a allongé deux milliards de dollars afin d’aider les industries de l’acier et de l’aluminium qui sont la cible de tarifs douaniers imposés par le président Donald Trump.
Rappelons que cette aide est accordée en réponse aux tarifs de 10 % imposés par l’administration Trump sur l’aluminium exporté aux États-Unis et à ceux de 25 % qui affectent de leur côté les entreprises de fabrication d’acier d’ici. Cette question touche tout particulièrement la région puisque la MRC compte plusieurs producteurs locaux, notamment ArcelorMittal à Contrecœur, bien sûr, mais également Acier Fati et Acier Picard à Varennes.
Dans la foulée de cette aide, le gouvernement du Canada a annoncé une réponse « directe, mesurée et proportionnelle » aux droits de douane imposés par les États-Unis sur l’acier et l’aluminium canadiens, soit des surtaxes réciproques sur des importations d’acier, d’aluminium et d’autres produits en provenance des États-Unis à hauteur de 16,6 milliards de dollars depuis le 1er juillet dernier.
Lors de cette annonce, on a rappelé que les États-Unis affichent tous les ans un surplus de deux milliards de dollars avec le Canada au chapitre du commerce des produits du fer et de l’acier. On a ajouté que le Canada achète plus d’acier américain que tout autre pays du monde et constitue la destination de 50 % des exportations des États-Unis. À ce titre, le Canada est reconnu dans les lois des États-Unis comme faisant partie de la base industrielle et technologique nationale de ce pays en ce qui concerne la défense nationale.
Les mesures
Cette aide de deux milliards de dollars visant à défendre et à protéger les intérêts des travailleurs et des entreprises des industries de l’acier, de l’aluminium et de la fabrication se détaille comme suit: prolonger de 38 semaines la durée des accords de travail partagé dans le cadre du programme de l’assurance-emploi afin d’aider les employeurs à conserver leurs employés qualifiés et à éviter les mises à pied pendant les périodes difficiles; augmenter le financement accordé aux provinces et aux territoires en vue de renforcer la capacité des programmes d’emploi et de formation mis à la disposition des travailleurs touchés par les mesures des États-Unis; fournir un soutien sous forme de liquidités aux entreprises touchées.
De plus, Ottawa verra à offrir jusqu’à 250 millions de dollars par l’intermédiaire du Fonds stratégique pour l’innovation pour accroître la compétitivité des fabricants canadiens et mieux intégrer la chaîne d’approvisionnement canadienne d’acier et d’aluminium; investir 50 millions de dollars sur cinq ans pour aider les entreprises canadiennes à diversifier leurs exportations afin qu’elles puissent tirer parti des nouveaux accords commerciaux comme l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne et l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP); travailler en partenariat avec des associations commerciales, ce qui comprend les nouvelles subventions de préparation à l’exportation.
« Les industries de l’acier et de l’aluminium du Canada sont essentielles à notre prospérité économique et soutiennent des emplois de la classe moyenne bien rémunérés. Notre gouvernement est solidaire de nos travailleurs et défend les produits innovateurs de calibre mondial qu’ils produisent. En collaboration avec des associations industrielles et commerciales, nous travaillons à renforcer la capacité des entreprises canadiennes à conquérir les nouveaux marchés en Europe, en Asie et partout dans le monde auxquels elles bénéficient maintenant d’un accès unique », a mentionné à cette occasion François-Philippe Champagne, ministre du Commerce international du Canada.

Faits en bref
• En 2017, l’industrie canadienne de l’acier employait plus de 23 000 Canadiens et a injecté 4,2 milliards de dollars dans le produit intérieur brut (PIB) du Canada.
• L’industrie canadienne de l’aluminium employait quant à elle 10 500 travailleurs et a ajouté 4,7 milliards de dollars au PIB du Canada.
• Le Canada achète plus d’acier américain que tout autre pays du monde et constitue la destination de 50 % des exportations des États‑Unis. En 2017, le commerce bilatéral de l’acier entre le Canada et les États‑Unis s’est chiffré à près de 14 milliards de dollars américains.
• Le marché de l’aluminium du Canada et des États-Unis est fortement intégré, les échanges commerciaux combinés entre les deux pays s’élevant à 11,4 milliards de dollars américains tous les ans.
• Environ 84 % de la production canadienne d’aluminium de première fusion est exportée vers les États-Unis, où cet aluminium est transformé en produits destinés aux marchés intérieur et d’exportation des États-Unis.
• Le gouvernement du Canada a investi 50 millions de dollars sur cinq ans pour aider les entreprises canadiennes à diversifier leurs exportations afin de tirer parti de nouveaux accords commerciaux comme l’AECG et le PTPGP.