Sainte-Julie met des bâtons dans les roues de l’industrie du gaz de schiste

Sainte-Julie met des bâtons dans les roues de l’industrie du gaz de schiste

Lors de l’assemblée publique du 7 février dernier, le conseil municipal a adopté une résolution qui stipule que la Municipalité « n’autorise aucun usage de son eau potable dans le cadre de la production de gaz de schiste en attendant d’en savoir plus sur les impacts de l’exploration et de l’exploitation des gaz de schiste sur le territoire de la ville de Sainte-Julie et de la MRC de Marguerite-d’Youville ».

De plus, le conseil  ajoute que Sainte-Julie « n’entend accepter aucun prélèvement d’eau non traitée à partir de son territoire et ce, tant pour les eaux de surface que souterraines pour des fins d’exploration ou de production de gaz de schiste ».

Cette adoption a été particulièrement bien accueillie par la dizaine de membres du Comité de prévention contre les gaz de schiste de Sainte-Julie présents à l’assemblée la semaine dernière.

La résolution adoptée par le conseil municipal s’inspire de ce qui a déjà été adopté par une trentaine de municipalités de la vallée du Saint-Laurent. Sainte-Julie est bien consciente qu’elle ne peut s’opposer à l’exploitation du gaz de schiste sur son territoire, mais elle peut en revanche compliquer la vie des gazières qui ont besoin d’énormément d’eau pour fracturer la roche souterraine et en extirper le gaz de schiste qui est emprisonné.

« J’ai dit au conseil qu’ils avaient fait ma journée! », a expliqué après coup en entrevue un membre du comité présent, André Péloquin. « Cette résolution est un pas en avant et elle démontre qu’il n’y a pas acceptation sociale de l’exploitation des gaz de schiste à Sainte-Julie. »

« Comme la mairesse Suzanne Roy est préfet de la MRC de Marguerite-D’Youville, j’ai formulé le souhait qu’elle puisse faire adopter une telle résolution par les six municipalités de la MRC et elle a même devancé dans nos attentes puisqu’elle entend suggérer une telle proposition auprès de la Régie intermunicipale d’eau potable Varennes, Sainte-Julie, Saint-Amable. »

Pour sa part, la mairesse a rappelé qu’il s’agissait-là d’une mesure de précaution puisqu’il n’y a pas de forages à Sainte-Julie.

Précisons en terminant que le Comité de prévention contre les gaz de schiste de Sainte-Julie a obtenu que 7 200 citoyens signent le document « Vous n’entrerez pas chez nous »,  signifiant ainsi leur refus qu’il y ait exploitation de gaz de schiste sur leur terrain.