La mairesse Sylvie Parent rappelle aux politiciens en campagne électorale les besoins de Longueuil

La mairesse Sylvie Parent rappelle aux politiciens en campagne électorale les besoins de Longueuil

La mairesse Sylvie Parent était à la tribune de la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud mardi dernier.

Invitée à la tribune de la CCIRS mardi dernier, la mairesse Sylvie Parent, a profité du déroulement de la campagne électorale pour adresser aux candidats dans la course les principaux besoins de Longueuil et de la région. Au début de son allocution devant la communauté d’affaires et de nombreux élus municipaux, Mme Parent a laissé entendre que la Rive-Sud n’avait pas reçu des gouvernements supérieurs le soutien auquel elle aurait été en droit de s’attendre. « Historiquement, il nous faut constater que la Rive-Sud n’a pas suffisamment été prise en considération sur l’échiquier politique québécois », a-t-elle mentionné.
Au haut de la pile des demandes formulées, le prolongement de la ligne jaune du métro constitue sans doute l’un des plus importants investissements requis dans la région. « La station de métro Longueuil-Université-de-Sherbrooke est aujourd’hui la plus achalandée du réseau montréalais en heure de pointe du matin », a fait valoir la mairesse. Toujours au sujet du transport collectif, elle a demandé l’implantation d’un tramway à haute fréquence sur le boulevard Taschereau. À son avis, un tel projet contribuerait à revitaliser cette importante artère au cœur de l’agglomération de Longueuil.
Il a également été question de proposer la mise en oeuvre de deux projets d’infrastructures, des échangeurs à construire pour décongestionner les voies de circulation à Saint-Hubert et dans le secteur du métro et de la Place Charles-Lemoyne. « Un nouveau viaduc dans l’axe du boulevard Lafayette permettra aux autobus de rejoindre directement le métro depuis la 132 par des voies réservées. Il permettra de séparer la circulation en offrant un accès direct au centre-ville tout en évitant
l’engorgement du pont Jacques-Cartier. »
Dans un autre ordre d’idée, différentes requêtes ont été soulevées en lien avec le secteur de l’aéronautique. À cet égard, la mairesse de Longueuil a demandé au gouvernement d’investir massivement dans la formation, la recherche et développement et l’innovation et de mieux financer l’École nationale d’aérotechnique du cégep Édouard-Montpetit et le Centre technologique en aérospatiale. « Dans l’agglomération de Longueuil, un emploi sur 25 est lié au secteur de l’aéronautique. Pour que le secteur aéronautique continue de croître chez nous, la région a besoin de main-d’œuvre qualifiée et d’équipements à la fine pointe », a indiqué l’invitée de la CCIRS.
Concernant l’aéroport de Saint-Hubert-Longueuil, elle a ajouté à sa liste de demandes un appui financier de Québec afin de doter cet emplacement d’une aérogare moderne et fonctionnelle tout comme l’implantation d’un centre d’entretien et de révision et de révision d’aéronefs « de classe mondiale ».
Finalement, la mairesse a voulu se faire confirmer que le prochain gouvernement contribuera à la hauteur de 50 % dans le financement du futur complexe culturel, comme cela avait été entendu il y a quelques années. Dernier point, sur le logement social, elle a réitéré la requête voulant que la Société d’habitation du Québec attribue à l’agglomération de Longueuil 300 unités par année pour une période de cinq ans à l’intérieur du programme AccèsLogis. La longue « liste d’épicerie » n’a pas été chiffrée.