Dévoilement de la murale de l’artiste-peintre Jean Letarte au Café centre d’art

Dévoilement de la murale de l’artiste-peintre Jean Letarte au Café centre d’art

L'oeuvre a été installée sur le mur attenant à la terrasse de l'établissement.

Une oeuvre grand format de 16 pieds sur 20 de l’artiste bouchervillois Jean Letarte est désormais exposée sur le mur extérieur attenant à la terrasse du Café centre d’art, dans le Vieux-Boucherville. Cette gigantesque murale installée récemment est une reproduction photographique d’un tableau intitulé Sang Indien appartenant à un collectionneur. Elle se veut un hommage aux Premières Nations. Son inauguration s’est déroulée mercredi dernier en présence de nombreux invités.
« Cette oeuvre se veut une démarche de réflexion sur notre histoire. J’y aborde le tragique destin des Premières Nations et dénonce leurs conditions difficiles. Il s’agit d’un hommage à ceux qui, avant nous, possédaient ce vaste pays, aussi immense que leur culture. Je souhaite sincèrement que nous puissions enfin leur tendre la main en leur offrant fraternité et justice », a mentionné M. Letarte.
En proposant ce projet à la Ville, l’artiste a touché une corde sensible. Le maire Jean Martel a rappelé l’importance de l’implication des nations amérindiennes lors des fêtes du 350e anniversaire de Boucherville, l’an dernier. Il a également ajouté que cette murale portait un message inspirant. Pour le fondateur de la Maison Amérindienne de Mont-Saint-Hilare, André Michel, qui agissait à titre de président d’honneur de la soirée d’inauguration, il s’agit d’une sorte de manifeste en hommage aux premiers peuples.
Pour souligner cette inauguration, un groupe de musiciens amérindiens nommé Buffalo Hat Singers a interprété un chant traditionnel sur la terrasse du Café centre d’art sous un soleil ardent. Ce fut un bel exemple du riche héritage culturel de ces nations.
La production de la murale met aussi en valeur le travail du photographe Bernard Rhéaume qui a fait un véritable travail de haute précision à l’aide d’une caméra spécialisée. L’entreprise locale FIX Image a également joué un rôle de premier plan dans son exécution. Selon M. Letarte qui a fait un don de l’oeuvre à la Ville, cette reproduction devrait résister aux conditions extérieures, été comme hiver, au minimum cinq ans.
Exposition
En parallèle au dévoilement de cette murale, Jean Letarte tient jusqu’au 2 septembre une exposition intitulée Paroles de plumes à la salle réservée à cette fin au Café centre d’art. Celle-ci regroupe environ 25 oeuvres créées uniquement à la plume. Encore là, le thème tourne autour du destin des Premières Nations.

Le maire Jean Martel en compagnie de Jean Letarte, sa femme Monique Trempe, devant le tableau original « Sang Indien ».