Les mots-croisés de La Relève

Comment prévenir les ravages de la chenille spongieuse

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Comment prévenir les ravages de la chenille spongieuse
(Photo : Association forestière du sud du Québec))

Si la chenille spongieuse n’est pas encore très présente à Boucherville, et qu’elle n’a pas fait trop de dommages, il est quand même important de prévenir une éventuelle prolifération l’an prochain.
La spongieuse européenne est un insecte défoliateur très gourmand. Sa larve prend la forme d’une chenille qui peut consommer jusqu’à un mètre carré de feuilles. Ces larves se comptent par milliers dans les zones infestées.
Heureusement, malgré l’effet spectaculaire d’un arbre entièrement défolié, les feuillus en bonne santé ont très peu de risques de mourir après une seule année d’infestation, explique l’Association forestière du sud du Québec. Par contre, ces risques augmentent si la défoliation survient plusieurs années consécutives ou si les arbres étaient déjà stressés avant l’infestation.
Comment attaquer la spongieuse
Il n’est pas trop tard pour prévenir une infestation l’an prochain.
Si vous avez des arbres dont les feuilles ont été mangées en juin, et si la spongieuse est la coupable, de petites masses d’œufs blanchâtres ou brunâtres, d’environ 2 cm de large, apparaissent sur les troncs, notamment à leur base, de la mi-juillet à la mi-septembre. Ces œufs formeront les larves actives à l’été prochain. S’il y a un hiver typique dans quelques mois, le froid devrait détruire 80 % des œufs et protéger naturellement d’une nouvelle infestation. Par contre, si l’hiver est doux, ou qu’une abondance de neige les protège du froid, bien plus d’œufs survivront et il pourrait y avoir une infestation encore plus forte l’an prochain. Lorsque les bourgeons des arbres commencent à s’ouvrir au printemps, les œufs éclosent et les chenilles sortent. C’est à ce stade, qui peut durer jusqu’à sept semaines, que l’insecte se nourrit.
Pour tenter de réduire l’intensité d’une nouvelle infestation, il faut détruire les masses d’œufs accessibles, trouvées sur les troncs, avec une brosse ou en les détachant avec un couteau et en les plongeant dans l’eau savonneuse. Il est conseillé d’utiliser des gants pour cette procédure, car les masses sont recouvertes de poils urticants.
Recherche
Les citoyens peuvent participer à une recherche sur la spongieuse et aider à protéger les forêts en déclarant leurs détections sur l’application iNaturalist. La spongieuse y est répertoriée sous le nom de Bombyx disparate.





Partager cet article