acheter local

De nouvelles classes de maternelle 4 ans à temps plein offertes dans la région

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
De nouvelles classes de maternelle 4 ans à temps plein offertes dans la région
Ce service sera offert dans les écoles primaires de l’Odyssée, Le Rocher (deux groupes) et Le Sablier à Saint-Amable; J.-P.-Labarre à Varennes; Ludger-Duvernay à Verchères ainsi que Mère-Marie-Rose (deux groupes) à Contrecoeur. (Photo : CSP)

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec a annoncé récemment l’ouverture de 37 nouvelles classes de maternelle 4 ans en milieu francophone pour l’année scolaire 2020-2021 en Montérégie. Une douzaine de ces classes seront offertes sur le territoire de la Commission scolaire des Patriotes (CSP), dont à Contrecœur, Saint-Amable, Varennes et Verchères.
« À travers tout le Québec, 350 nouvelles classes de maternelle 4 ans seront ouvertes en septembre prochain. Au total, 1 010 classes accueilleront maintenant des élèves âgés de 4 ans. L’engouement manifesté lors de la dernière année scolaire prouve que cette nouvelle offre de services vient répondre à un besoin de la population. Je suis confiant que les élèves fréquentant la maternelle 4 ans y trouveront un milieu stimulant et l’accompagnement nécessaire pour pouvoir acquérir les stratégies qui leur permettront de se sentir valorisés et mieux outillés pour poursuivre leur scolarité », a précisé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.
Lors de l’annonce, on a souligné que la fréquentation de la maternelle à partir de l’âge de 4 ans est un service accessible aux familles – mais non obligatoire – qui a été rendu possible grâce à l’adoption du projet de loi no 5 en 2019. Ce nouveau service est déployé de manière progressive dans les écoles de la province. On a ajouté que on programme éducatif vise le développement global de chaque enfant en lui offrant des défis adaptés à ses besoins et à ses intérêts, dans un contexte où le jeu est priorisé.
Détecter rapidement les besoins particuliers
Ainsi donc, à compter de l’année scolaire 2020-2021, la Commission scolaire des Patriotes mettra en place douze classes de maternelle 4 ans à temps plein. Ce service sera offert dans les écoles primaires Au-Fil-de-l’Eau à Mont-Saint-Hilaire; de l’Amitié à Saint-Jean-Baptiste; de l’Odyssée à Saint-Amable; Georges-Étienne-Cartier à Saint-Antoine-sur-Richelieu; J.-P.-Labarre à Varennes; Le Rocher (deux groupes) à Saint-Amable; Le Sablier à Saint-Amable; Ludger-Duvernay à Verchères; Mère-Marie-Rose (deux groupes) à Contrecoeur; et l’école Saint-Charles à Saint-Charles-sur-Richelieu.
Il est à noter que la période d’inscription se déroule jusqu’au 20 mars. Parmi les critères d’admissibilité, il faut notamment que l’enfant ait 4 ans avant le 1er octobre 2020 et qu’il réside dans l’une des neuf villes et municipalités où le service est offert, soit Calixa-Lavallée, Contrecoeur, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Amable, Saint-Antoine-sur-Richelieu, Saint-Charles-sur-Richelieu, Saint-Jean-Baptiste, Varennes et Verchères.
Pour s’inscrire, les parents sont invités à communiquer avec l’école de leur ville qui offre le service. En ce qui concerne les personnes intéressées, mais qui ne résident pas dans une municipalité où le service est offert, elles n’ont qu’à communiquer avec leur école de secteur.
« La maternelle 4 ans vise à permettre le développement du plein potentiel chaque enfant et à détecter plus rapidement les élèves ayant des besoins particuliers. Je me réjouis du nombre de nouvelles classes qui ont été ajoutées dans les commissions scolaires francophones de la région de la Montérégie. C’est une bonne nouvelle à la fois pour les parents, mais d’abord et avant tout pour les enfants qui bénéficient de ce service adapté à leur âge et à leur développement », a mentionné pour sa part Christian Dubé, ministre responsable de la Montérégie.
Rappelons en terminant que les premières classes ont été ouvertes en milieu défavorisé, mais tous les enfants sont dorénavant admissibles à la maternelle 4 ans. L’objectif du ministère est de faire en sorte que, d’ici cinq ans, tous les parents qui le souhaitent puissent inscrire leur enfant à ce nouveau service.

Partager cet article