Agab Rembourser votre achat

Création de deux parcs industriels à Saint-Amable: des entreprises de l’industrie lourde se disent prêtes à déménager une fois le projet à terme

Steve Martin
Création de deux parcs industriels à Saint-Amable: des entreprises de l’industrie lourde se disent prêtes à déménager une fois le projet à terme
Dans la poursuite de son plan de réaménagement urbain, l’administration de Saint-Amable a l’appui d’entrepreneurs qui ont pignon sur rue aux abords de son artère principale. (Photo : iStock)

Dans la poursuite de son plan de réaménagement urbain, l’administration de Saint-Amable a l’appui d’entrepreneurs qui ont pignon sur rue aux abords de son artère principale. Plusieurs d’entre eux auraient en effet accepté de s’installer dans les nouvelles zones industrielles de la ville, une fois le projet mené à terme.
« Nous avons même les lettres d’entreprises comme les Camions Jean-Guy Daviault et Béton Rive-Sud, a affirmé le maire Stéphane Williams en marge de la consultation publique qui avait lieu mardi dernier à l’hôtel de ville. Des lettres dans lesquelles les commerçants de l’industrie lourde confirment leur intention de déménager dans les nouveaux parcs industriels. »
M. Williams affirme par ailleurs que le conseil municipal a tenu à se montrer transparent et à procéder en concertation non seulement avec le gouvernement provincial, mais aussi avec les industries actives sur son territoire.
Malgré l’aval des entreprises dont les locaux sont actuellement situés sur la rue Principale, il faudra attendre quelques années encore avant que la Ville n’obtienne toutes les autorisations nécessaires pour aller au bout de son ambitieux projet.
« Pour le parc industriel comme pour notre plan de relance agricole, ça peut prendre de trois à cinq années avant d’avoir les autorisations, admet le maire. Alors oui, c’est un long processus. Actuellement, je peux dire que nous avons amené notre projet à un haut niveau et la Municipalité régionale de comté (MRC), la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et l’Union des producteurs agricoles (UPA) sont autour de la table de direction pour nous assister afin de mener notre projet à terme. »
Rappelons que la Ville planifie actuellement les plans de développement de deux parcs industriels, un premier situé sur la rue Adam, à l’entrée de la ville, et le second dans le secteur du parc Le Rocher. « Nous pourrons y aménager éventuellement nos usines de transformation de pommes de terre et la production agroalimentaire, mais aussi une entreprise comme béton Rive-Sud qui est actuellement dans un secteur situé près d’une école. »
Nouveaux feux de circulation
Selon M. Williams, avec un des taux de croissance les plus élevés parmi toutes les villes du Québec, il était devenu important de procéder à des changements majeurs en ce qui a trait à l’aménagement urbain de Saint-Amable, et ce, afin de desservir une des populations dont l’âge moyen serait un des plus bas de la province. Une réalité qui a poussé l’administration à développer son plan de création de deux zones industrielles et à planifier le réaménagement de son artère centrale.
« Nous en avons facilement pour cinq ou dix années de développement avec la croissance de la population, précise Stéphane Williams. C’est en raison de cette croissance que nous avons dû procéder à un changement de zonage. Nous voulons aussi revitaliser la rue Principale afin que tout soit beau et homogène et lui donner une belle vitalité. »
Après avoir reçu les résultats d’une étude concernant le transport routier sur le territoire, la Ville prévoit ajouter trois nouveaux feux de circulation sur la rue Principale afin de rendre la circulation plus fluide et éventuellement créer un nouveau lien routier vers l’autoroute 30.
Rappelons qu’à Saint-Amable, seulement 1,5 % de la population se rend au travail à pied alors que la grande majorité des citoyens doivent quotidiennement utiliser les axes routiers.

Partager cet article