Les mots-croisés de La Relève

Le monument de Madeleine de Verchères, les arbres et le so

Le monument de Madeleine de Verchères, les arbres et le so

C’est par voie de communiqué sur le site de la municipalité que les autorités de Verchères ont répondu à une  lettre ouverte parue dans l’édition précédente de La Relève.

Autour de Madeleine

Joint au téléphone, Monsieur Luc  Forcier D.G. de Verchères  affirme qu’« Il faut comprendre que certains arbres sont vieux. Ces érables argentés sont magnifiques, c’est un attrait, mais c’est aussi une responsabilité. Nous prévoyons, sur une longue période, planter des essences dont la croissance à maturité est moins importante ». Monsieur Forcier  ajoute « À court terme, il ne s’agira que d’émondage, rien de plus ».

Le tout se ferait selon les indications d’un plan d’un architecte-paysagiste de façon à permettre aux nouveaux arbres de prendre du volume afin que la zone d’ombre du secteur soit préservée. La Municipalité recherche aussi le principe du bon arbre au bon endroit.

L’état du monument de Madeleine de Verchères

Le socle du monument est en mauvais état. La Municipalité travaille depuis quelques années avec les responsables au gouvernement fédéral, à qui appartient le monument, pour corriger la situation. Le gouvernement fédéral a accepté de faire la réparation du socle à leurs frais, à condition que par la suite, la Municipalité prenne en charge le monument pour les années à venir. Selon Monsieur Luc Forcier,  les travaux requis seraient de l’ordre de 80 000$.  Le projet d’amélioration de l’aménagement de ce terrain est en discussion encore là depuis quelques années. Ce projet ne sera pas réalisé à court terme, le gouvernement fédéral n’ayant pas de budget.

Prise en charge du monument

La Municipalité, qui prendra charge du monument après les réparations, devra prévoir le tout selon ses disponibilités budgétaires.

2013 marquera le 100ième anniversaire du monument de Madeleine de Verchères. Un comité organisateur travaillera à la réalisation d’une fête pour souligner ce centenaire.

Arbre à être coupé

D’autre part, Verchères réalisera un projet de stationnement  et là, arbre devra être remplacé. Il s’agit d’une portion de la rue St-Pascal, entre le presbytère et l’ancien couvent, qui sera transformée pour devenir un stationnement afin de permettre la réalisation de l’agrandissement de la Résidence Florentine-Dansereau pour y ajouter 24 nouvelles unités.

 

Le monument de Madeleine de Verchères : un peu d’histoire

Le site comprend une statue de bronze représentant Madeleine de Verchères, d’une hauteur de 7,2 mètres, fixée au sommet d’une tour conique avec une base de forme carrée, se dressant telle une sentinelle face au fleuve. La reconnaissance officielle se réfère à la parcelle de terrain de 30,5 mètres au centre de lequel trône le monument érigé en 1913.

Le site Madeleine-de-Verchères a été désigné lieu historique national du Canada en 1923 parce que:

  • ce monument a été érigé en l’honneur de Madeleine de Verchères, qui, en 1692, alors âgée de 14 ans, prit le commandement du Fort de Verchères et le défendit victorieusement pendant huit jours contre une troupe d’Iroquois.
  • Au moment de l’attaque, Madeleine de Verchères (1678-1747), alors âgée de 14 ans, ses deux jeunes frères, un vieux domestique et deux soldats tenaient le fort. La jeune Madeleine en dirigea alors la défense, ce qui mena, après huit jours de résistance, à une victoire.

Au début du XXe siècle, le gouverneur général du Canada, Lord Grey, suggéra un projet de commémoration pour honorer le rôle joué par Madeleine de Verchères dans la défense du Fort de Verchères. Après avoir vu la statuette de Madeleine de Verchères réalisée par Louis-Philippe Hébert en 1910, le gouverneur général suggéra de la faire reproduire à grande échelle et de la placer sur le promontoire de Verchères, face au fleuve Saint-Laurent. Le monument a été érigé en 1913, et en 1927, une plaque y a été apposée par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Sources: Commission des lieux et monuments historiques du Canada, procès-verbal, juillet 2009; Texte de plaque, mai 1927.

Partager cet article