Projet d’expansion du port de Montréal à Contrecœur: Xavier Barsalou Duval demande à être rassuré quant aux intentions d’Ottawa

Projet d’expansion du port de Montréal à Contrecœur: Xavier Barsalou Duval demande à être rassuré quant aux intentions d’Ottawa

Monsieur Xavier Barsalou-Duval, député de Pierre-Boucher−Les Patriotes−Verchères, se dit préoccupé par le récent arrêté ministériel de la ministre canadienne de l’Environnement concernant la protection du territoire de la rainette faux-grillon, qui pourrait affecter la réalisation du projet portuaire à Contrecœur.

Crédit photo : Courtoisie

Monsieur Xavier Barsalou-Duval, député de Pierre-Boucher−Les Patriotes−Verchères, se dit préoccupé par le récent arrêté ministériel de la ministre canadienne de l’Environnement concernant la protection du territoire de la rainette faux-grillon, qui pourrait affecter la réalisation du projet portuaire à Contrecœur.
C’est à la suite de la parution d’un article dans le journal La Presse que le député a senti le besoin d’intervenir en chambre le 21 septembre dernier. On apprend dans le reportage qu’au cours de l’été, la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, a émis un arrêt ministériel visant des terrains appartenant à l’Administration portuaire de Montréal afin de protéger la rainette faux-grillon. Ces terrains se situent à proximité du site projeté pour la construction du nouveau ter-minal portuaire.
« J’ai demandé au gouvernement fédéral s’il croyait au projet d’expansion du port de Montréal à Contrecœur. Je suis tout à fait conscient de l’importance de préser-ver nos milieux naturels ainsi que de défendre les espèces menacées comme la rainette faux-grillon, mais je suis aussi d’avis que le développement du port n’est pas incompatible avec la préservation de l’espèce, » a lancé Xavier Barsalou-Duval.
« Depuis le début de mon mandat et même avant, j’ai eu de nombreuses discus-sions avec les intervenants du milieu et à chaque fois j’ai été impressionné par le sérieux de leur travail ainsi que de l’attention qu’ils portaient à la sauvegarde de l’environnement dans ce dossier, » a martelé le député.
« Je tiens à être rassuré quant aux intentions d’Ottawa. Si je suis persuadé que le décret de la ministre de l’Environnement répond à des préoccupations légitimes, je ne voudrais pas non plus que le Canada se serve de la rainette pour bloquer ce projet qui représente des milliers d’emplois pour les familles d’ici, » a-t-il renchéri.
Rappelons que le projet de l’Administration portuaire de Montréal dont la fin des travaux est prévue pour 2023 représente un investissement de 750 millions de dollars. Selon les études d’impacts économiques, l’expansion du port accompa-gnée de la mise en place du pôle logistique à Contrecœur pourraient potentielle-ment générer 15 000 emplois directs pour la région.
En terminant, le député a tenu à souligner que dans le programme fédéral des Portes continentales lancé par le gouvernement précédent, le Québec n’avait reçu que 44 millions sur un total de 2 milliards, soit à peine plus de 2 % de l’enveloppe. Le gouvernement canadien avait tout simplement préféré investir ailleurs au Ca-nada, notamment au port d’Halifax. « Moi c’est ici que je veux que l’argent soit investi. On nous a déjà fait le coup une fois, je ne voudrais pas que ça se reproduise! »