Le mouvement d’opposition aux gaz de schiste prend de l’ampleur à Sainte-Julie

Le mouvement d’opposition aux gaz de schiste prend de l’ampleur à Sainte-Julie

Plus de 1 000 personnes signent un refus d’accès au territoire

Le fait qu’il y ait 20 puits d’extraction de gaz de schiste opérationnels en Montérégie, dont à Saint-Denis-sur-Richelieu, Saint-Antoine-sur-Richelieu et La Présentation, provoque bien des inquiétudes dans la MRC de Marguerite-D’Youville, notamment à Sainte-Julie où une citoyenne, Solange Leduc, a organisé un comité de prévention afin de sensibiliser les citoyens quant aux impacts potentiels de cette industrie.

La première séance d’information sur les gaz de schiste a été tenue le 30 novembre dernier au pavillon Thérèse-Savard-Côté à Sainte-Julie. Près de 75 personnes, dont deux conseillers municipaux, ont pris part à la rencontre, alors que le président du Comité des citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain, Jacques Tétreault, a fait un résumé de son voyage en Pennsylvanie, effectué en compagnie d’une cinquantaine de citoyens, élus et journalistes. Ce périple était organisé afin de constater sur place les effets de cette industrie sur les gens et l’environnement.

Un document intitulé « Vous n’entrerez pas chez nous » circule présentement à Sainte-Julie. Il s’agit d’un refus d’accès au territoire d’une municipalité adressé aux gazières par les locataires et les propriétaires de terrains résidentiels. Plus de 1 000 personnes auraient signé le document jusqu’à présent, renforçant du coup l’idée que ces projets ne sont pas acceptables au plan social.

Il est à noter que le comité de prévention, qui est coordonné par Solange Leduc, regroupe huit membres et, devant l’intérêt manifesté, un sous-comité d’une demi-douzaine de personnes a été également formé. Les membres de celui-ci verront à faire signer le document « Vous n’entrerez pas chez nous » au plus grand nombre de personnes possible. Mme Leduc, souhaiterait qu’une dizaine de personnes s’ajoutent au sous-comité et elle fait savoir que les personnes intéressées peuvent la contacter au 450 649-0227.

Rappelons en terminant que, selon un rapport du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, il y aurait des fuites dans 19 des 31 puits inspectés, dont celui à Saint-Antoine-sur-Richelieu.