La Ville de Contrecœur appuie le projet de pont entre Sorel-Tracy et Lanoraie à l’horizon 2028

La Ville de Contrecœur appuie le projet de pont entre Sorel-Tracy et Lanoraie à l’horizon 2028

La Ville de Contrecœur a adopté une résolution d’appui au projet de construction d'un pont reliant les rives nord et sud du fleuve Saint-Laurent à la hauteur de la ville de Sorel-Tracy.

Crédit photo : Pont stl 2028

Lors de sa séance ordinaire du 5 juin dernier, la Ville de Contrecœur a adopté une résolution d’appui au projet de construction d’un pont reliant les rives nord et sud du fleuve Saint-Laurent à la hauteur de la ville de Sorel-Tracy. La Municipalité a notamment mentionné dans son appui du conseil municipal : « Est résolu unanimement que la Ville de Contrecoeur appuie les démarches d’Investissement Poirier afin de réaliser la construction d’un pont à partir de fonds privés (…) ».
La Ville a écrit au chapitre des justificatifs de sa résolution : « qu’une grande partie de l’activité économique du Québec est tributaire et dépendante des liens routiers reliant les deux rives du fleuve Saint-Laurent » et « que l’ensemble des citoyens et des entreprises de la ville de Contrecoeur et de la région bénéficieraient positivement de cette implantation ».
À la suite de cette résolution d’appui, le président de Pont STL 2028, Richard St-Germain, a mentionné par voie de communiqué : « Il est indéniable que la Ville de Contrecoeur et la majorité des intervenants socio-économiques des régions de Sorel-Tracy et de Lanoraie comprennent l’urgence de construire un pont entre Sorel-Tracy et Lanoraie, sans qu’il soit nécessaire de le démontrer à l’aide d’études qui ne finiront jamais de s’autoalimenter, en posant des questions supplémentaires. »
Dans la foulée, il estime que les différents candidats aux élections provinciales du 1er octobre prochain « doivent se positionner non pas sur la nécessité de construire un pont, qui fait l’objet d’une large acceptabilité sociale, mais sur la proposition de Luc Poirier; lequel est prêt dans l’immédiat à aller de l’avant pour une livraison en 2028 ou avant ». Il ajoute, en ce qui concerne les candidats dans les comtés de Berthier et de Richelieu, que « l’un des principaux enjeux régionaux est relié spécifiquement à la proposition de M. Poirier » .
« C’est en effet la seule alternative concrète présentement disponible sur la table, étant donné que le financement est acquis. En ce sens, les candidats à l’élection québécoise doivent se positionner de façon précise et sans équivoque sur la proposition Poirier, ce qu’ils n’ont pas fait pour l’instant. »