Futur port de Contrecœur: une brèche qui menace l’agriculture?

Futur port de Contrecœur: une brèche qui menace l’agriculture?

Plus d’une cinquantaine d’agricultrices et d’agriculteurs ont assisté à la séance publique du conseil municipal de Contrecœur.

Crédit photo : Archives

Plus d’une cinquantaine d’agricultrices et d’agriculteurs ont assisté à la séance publique du conseil municipal de Contrecœur afin d’exprimer à la mairesse, Maud Allaire, que leurs terres agricoles n’étaient pas à vendre. La Ville devra procéder à l’expropriation de familles si elle s’entête à vouloir développer son pôle logistique en zone verte, comme l’indiquent ses plus récents plans de développement.
« Priver un propriétaire contre son gré de son patrimoine est un principe inacceptable ! Peu importe qu’elle soit opérée par un décret provincial ou une expropriation municipale, cette pratique est irrespectueuse et dépassée», clame Ginette Blondin, présidente de l’UPA Marguerite-d’Youville/Longueuil.
David Ménard, agriculteur contrecœurois, pourrait en témoigner longuement, lui et sa famille vivent des moments difficiles… Depuis 2015, la Ville de Contrecœur tente par tous les moyens de prendre possession d’une des terres de l’entreprise familiale, située sur les lots convoités pour le développement d’un pôle logistique et adjacente à la Zone Industrialo Portuaire Contrecoeur – Varennes (Zone IP).
« Comme citoyen, je suis stupéfait du mépris de l’administration Allaire. Ils engagent des dépenses publiques pour financer un stratagème qui, ultimement, vise à nous déposséder de nos terres » s’indigne Yvan Allard, agriculteur biologique du secteur.
En forçant l’achat, la Ville de Contrecœur s’apprête à créer une brèche importante dans un milieu agricole actif et homogène avant même d’avoir procédé à des vérifications auprès de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Les voisins craignent un effet d’entraînement et l’implantation d’usages non agricoles dans le secteur. Déjà, les spéculateurs fonciers, flairant la bonne affaire, sont actifs sur le terrain : les propositions d’offres achat abondent.
« Les terres agricoles sont une ressource rare, non renouvelable et surtout essentielle à notre sécurité alimentaire. Je ne comprends pas l’entêtement du conseil municipal à vouloir détruire les meilleures terres du Québec sans savoir si la CPTAQ autorisera le développement industriel à cet endroit, c’est un non-sens », dénonce Ginette Blondin.
Heureusement, la Ville de Contrecœur semble faire bande à part puisque ni le ministre délégué aux Affaires maritimes, M. Jean D’Amour, ni le président de la Zone IP et DG de la MRC de Marguerite-D’Youville, Sylvain Berthiaume, n’ont manifesté l’intention d’empiéter sur le territoire agricole.
Questionnée lors de la dernière séance publique du conseil municipal, la mairesse Allaire a offert à l’assemblée des réponses évasives, affirmant que rien ne bougerait avant l’élection provinciale. Toutefois, une publication sur son profil Facebook présente une toute autre réalité : « (parlant de la Zone IP) pour ma part, je vais rencontrer des politiciens(nes) autant sur la scène provinciale que fédérale pour présenter et faire cheminer constructivement nos projets propres à Contrecœur(…) », pouvait-on y lire.
Impossible malheureusement de savoir concrètement à quels projets Maud Allaire fait référence. Toutefois, lors d’une rencontre tenue le 3 mai dernier, la mairesse a exprimé à l’UPA la certitude de pouvoir obtenir du gouvernement un décret ministériel qui permettrait à la Ville de précipiter le dézonage du secteur convoité. Cette conviction a été réitérée publiquement par Jonathan Paris au dernier conseil municipal. Aucune explication n’accompagnait les propos de l’élu du district et la mairesse s’est empressée de s’en dissocier. Les producteurs ont déposé le soir même une demande officielle d’accès à l’information à la Ville de Contrecœur espérant obtenir des réponses.
« Nos questions sont systématiquement relayées au directeur général de la ville, François Handfield. Est-ce un manque de connaissance ou de transparence de la mairesse ? De toute évidence, c’est le directeur général qui mène ce dossier en long et en large, les élus de Contrecœur sont des spectateurs et regardent passer le train », conclut Ginette Blondin. (Mention de source: UPA Montérégie)