Marguerite D

Problématique de la pomme de terre : Xavier Barsalou-Duval rectifie les faits

Communiqué
Problématique de la pomme de terre : Xavier Barsalou-Duval rectifie les faits
Xavier Barsalou-Duval, tient à rectifier certaines affirmations répandues par l’équipe du candidat conservateur selon lesquelles tous les élus fédéraux depuis 2006 sont demeurés inactifs dans le dossier de la pomme de terre à Saint-Amable.

À la suite de la parution d’un article dans le Contrecourant le 24 septembre dernier, le député de Pierre-Boucher —Les Patriotes —Verchères et candidat du Bloc Québécois dans la circonscription, Xavier Barsalou-Duval, tient à rectifier certaines affirmations répandues par l’équipe du candidat conservateur selon lesquelles tous les élus fédéraux depuis 2006 sont demeurés inactifs dans le dossier de la pomme de terre à Saint-Amable.
Malhonnêteté à l’égard du travail de Luc Malo
Ce sont les conservateurs eux-mêmes qui ont bloqué le plan d’aide aux agriculteurs de Saint-Amable en 2009 alors qu’ils étaient au gouvernement. Ce plan de 24 millions de dollars avait été élaboré par le Bloc Québécois de concert avec l’UPA et il avait même reçu l’appui des libéraux et du NPD.
« Luc Malo, député bloquiste de la circonscription de 2006 à 2011, a été solidaire des agriculteurs affligés par la crise du nématode doré dès 2006 et a travaillé sans relâche afin de les soutenir dans leurs difficultés. En fait, s’il y a un parti auquel il faut reprocher son inaction, depuis 2006, ce n’est sûrement pas le Bloc Québécois, mais plutôt le parti conservateur », indique le député qui se réjouit néanmoins de voir le candidat conservateur actuel s’intéresser au dossier.
Un appui continu du député
Depuis quelques années monsieur Barsalou-Duval a eu des rencontres avec la MRC Marguerite d’Youville qui a initié des démarches afin d’implanter des infrastructures de recherche sur le nématode doré à Saint-Amable. De plus, Xavier Barsalou-Duval a personnellement assuré le maire de Saint-Amable de son appui au projet de relance agricole à plusieurs reprises depuis que la municipalité a amorcé le projet il y a un peu plus d’un an. Il en a même fait un engagement électoral.
En terminant, le député bloquiste souhaite ne plus avoir à intervenir pour rectifier les faits à l’avenir : « Le recours aux “fake news” est une pratique de plus en plus fréquente au sud de la frontière. J’espère que ce n’était pas la volonté de mon adversaire de s’en inspirer. J’ai beaucoup d’estime pour ceux qui ont le courage de se présenter aux élections et qui aspirent au service public. Voilà pourquoi je tiens à souhaiter à M. Daviault et à son équipe une très bonne fin de campagne », a conclu le candidat bloquiste.

Partager cet article