Agab Rembourser votre achat

Une société européenne veut construire une centrale de production industrielle d’hydrogène à Varennes

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Une société européenne veut construire une centrale de production industrielle d’hydrogène à Varennes
Selon nos sources, Greenfield Global, situé au cœur du Novoparc de Varennes, serait partenaire de ce projet novateur évalué à près de 120 millions de dollars. (Photo : iStock)

Dans son édition du 25 mai dernier, le quotidien Le Devoir a dévoilé qu’une société européenne, Hy2gen AG, veut construire une centrale de production industrielle d’hydrogène à Varennes. Selon nos sources, Greenfield Global, situé au cœur du Novoparc, serait partenaire de ce projet novateur, mais il n’a pas été possible d’avoir des confirmations officielles au moment d’aller sous presse.
Dans l’article, on indique que l’investissement total de ce projet serait de l’ordre de 120 millions de dollars. L’hydrogène serait produit par électrolyse de l’eau et, une fois la centrale de Varennes en marche, possiblement au premier semestre de 2022, elle serait en mesure d’alimenter des clients locaux et on envisage aussi d’exporter une partie de sa production « d’énergie verte ».
On explique que l’hydrogène « est un carburant utilisé dans plusieurs domaines, notamment le secteur industriel où la chimie et la métallurgie figurent parmi les grands consommateurs. Il est aussi utilisé comme source d’énergie dans le transport, un chapitre plus récent avec le développement des piles à combustible. »
Pour sa part, Cyril Dufau-Sansot, le président de Hy2gen Canada, filiale de la société mère Hy2gen AG, a confirmé au Devoir que le projet est très avancé et que la signature d’un contrat à long terme avec un premier client industriel pourrait avoir lieu d’ici l’été. La société veut également rencontrer divers paliers de gouvernement afin d’obtenir un rabais sur l’électricité, de même qu’un prêt d’Investissement Québec.
Développer la filière hydrogène
Le gouvernement verrait ce projet d’un bon œil puisqu’il a notamment prévu des fonds l’an dernier pour développer la filière hydrogène. En effet, en juillet 2018, le gouvernement libéral a débloqué une enveloppe de subventions de 8,25 millions pour que Transition énergétique Québec appuie de deux à quatre projets pilotes sur trois ans. « Les trois quarts de la somme devaient aller à la construction de deux stations-service multicarburants, le reste étant réservé pour d’autres projets », est-il précisé dans l’article.
Parmi les aides possibles, il y a également une mesure annoncée dans le budget 2016 du ministère des Finances qui permet une réduction de 20 % de la facture pendant quatre ans, si l’entreprise rencontre certains critères. Il existe également un tarif d’Hydro-Québec qui prévoit une réduction de 20 % au départ, mais qui serait ensuite appelé à diminuer de cinq points de pourcentage par année.

Partager cet article