Trois jours de célébration en l’honneur de sainte Marguerite d’Youville

Trois jours de célébration en l’honneur de sainte Marguerite d’Youville

Le stationnement de la basilique Sainte-Anne de Varennes était plus que rempli, dimanche dernier. D’un rapide coup d’œil, on pouvait remarquer que les véhicules avec des plaques d’immatriculation de l’Ontario côtoyaient ceux du Québec, mais aussi quelques-uns des États-Unis. Il faut dire que la messe solennelle présidée par monseigneur Lionel Gendron, évêque du diocèse Saint-Jean-Longueuil, clôturait de grande façon trois jours de célébrations en l’honneur de la fondatrice des Sœurs de la Charité de Montréal, mieux connues sous le nom des Sœurs grises, les 14, 15 et 16 octobre derniers.

Cette messe avait donc pris des allures de vaste pèlerinage qui rassemblait des fidèles de la région, du diocèse et du grand Montréal puisque toutes les paroisses environnantes avaient relayé l’invitation à souligner la fête liturgique de la première sainte née en sol canadien et originaire de Varennes.

La fête de sainte Marguerite était donc une occasion d’en apprendre plus sur sa vie et ses œuvres en visitant la Maison d’exposition et pour se recueillir à la chapelle funéraire, à l’intérieur de la basilique, où reposent ses ossements dans un tombeau depuis un an.

Lors de la messe, Mgr Gendron a béni une pierre angulaire destinée à être imbriquée dans le mur extérieur de la future Maison Grise, qui est en cours de construction, en face de l’ancienne Caisse Desjardins. Sur cette pierre, des inscriptions y sont gravées : on y voit un ostensoir, objet de culte servant à exposer l’hostie consacrée, qui rappelle la pierre installée dans le premier hôpital général de Montréal qui a été dirigé par mère d’Youville.

Sont gravés également trois mots clés dans la spiritualité de la sainte, soit les trois « P » pour Père, Providence et pauvres. La troisième inscription souligne la date de construction de l’édifice, « A.D. 2011 » (« Ad Deum » en latin, qui signifie : pour Dieu).

Les fidèles présents à la basilique ont pu voir cette pierre, de même qu’un crucifix qui était auparavant dans le sanctuaire et qui sera placé dans la Maison Grise, de même qu’un triptyque, une peinture réalisée sur un support composé de trois panneaux, rappelant la vie de Marguerite d’Youville, ainsi qu’une œuvre de l’artiste Diane Maillé, de Calixa-Lavallée, qui évoque pour sa part sainte Anne, puisque la paroisse de Varennes a été nommée en son honneur.

La Maison Grise accueillera ces œuvres le 9 décembre prochain lors de son inauguration officielle, date d’anniversaire de la canonisation de Marguerite d’Youville. L’endroit contiendra une salle de rencontre pour les pèlerins et les activités paroissiales, de même qu’une cuisine commerciale et des dépôts pour les activités de l’organisme Centre d’action bénévole de Varennes.