La dégradation des berges oblige Varennes à décréter des travaux d’urgence

François Laramée
La dégradation des berges oblige Varennes à décréter des travaux d’urgence
Jusqu'à 10 mètres de berges ont été littéralement grugées par l'érosion, entre autres au parc de la Commune (Photo : Francois Laramée)


Parce qu’à certains endroits jusqu’à 10 mètres de berges ont été emportés par l’érosion au cours des dernières années mais aussi parce que le gouvernement du Québec ne bouge pas et ne répond pas aux demandes de la Ville, Varennes ira de l’avant avec des travaux d’urgence sur les rives du fleuve St-Laurent.
La situation est sérieuse et nécessite des travaux de stabilisation des berges urgents.
« Nous devons procéder rapidement. Nous devons intervenir sur nos berges et malgré nos demandes répétées au gouvernement du Québec, nous sommes sans réponse depuis plus d’un an même si l’intervention nécessaire est en bordure du fleuve.
En principe nous devrions obtenir une autorisation du ministère de l’Environnement mais la situation commande des actions dès cet automne » a indiqué le maire Martin Damphousse lors de la dernière assemblée publique.

« A certains endroits au parc de la Commune par exemple, les rives ont été littéralement grugées de 10 mètres, dans le secteur du bateau-pirate et de la scène par exemple.
La seule facon de poser des gestes concrets et rapides, et de plus attendre l’autorisation du législateur provincial est de décréter des travaux d’urgence ».

La situation est sérieuse d’autant plus que l’érosion est encore plus dévastatrice depuis cinq ans. Il faut agir avant le printemps prochain et avant que les glaces et les hautes eaux ne viennent faire disparaitre d’autres mètres de berges » a précisé le maire de Varennes.

Interrogé par deux citoyennes, lors de la période de questions, monsieur Damphousse a précisé que les travaux d’urgence décrétés lors de la dernière séance consistaient principalement en l’installation de beaucoup de gros blocs de ciment comme il y en a déjà près de la rampe de mise à l’eau au parc de la Commune. Ces blocs serviront en quelque sorte de brise lame et de brise-glace le printemps prochain, protégeant du même coup les rives fragilisées.

Pour l’heure le cout des travaux de stabilisation n’a pas été évalué mais il y en a assurément pour plusieurs dizaines de milliers de dollars car les rives doivent être protégées sur une distance de plus de 100 mètres.


Partager cet article