Verchères 350

Nos anges-gardiens méritent mieux: Cédric Gagnon-Ducharme pour un réseau de santé accessible à tous!

communiqué
Nos anges-gardiens méritent mieux: Cédric Gagnon-Ducharme pour un réseau de santé accessible à tous!
Alors que le système de santé a démontré ses limites durant la pandémie, M. Cédric Gagnon-Ducharme, candidat de Verchères pour le Parti Québécois, présente la vision qu’a le Parti du réseau de la santé et des services sociaux. (Photo : Courtoisie)

Alors que le système de santé a démontré ses limites durant la pandémie, M. Cédric Gagnon-Ducharme, candidat de Verchères pour le Parti Québécois, présente la vision qu’a le Parti du réseau de la santé et des services sociaux.

«Nous souhaitons réinvestir ainsi que mieux répartir les investissements afin notamment de permettre une meilleure accessibilité aux soins et services de proximité par l’entremise des CLSC ainsi que par la priorisation des soins et services à domicile. Cela signifie aussi mettre fin à des pratiques coûteuses et inefficaces qui ne répondent pas aux besoins des citoyens et à la surenchère de promesses liées aux médecins de famille. Un des premiers grands chantiers sera de collaborer avec les médecins pour revoir leur mode de rémunération et mettre fin à leur incorporation. Tous les usagers du réseau sortiront gagnants», a débuté le candidat de Verchères.

Les propositions sont claires: faire des CLSC de vraies cliniques de proximité et ce, avec le bon professionnel. Pour une urgence mineure, la porte d’entrée doit être le CLSC et non l’urgence de l’hôpital dont la clientèle est actuellement principalement composée de ces urgences mineures. «Pour y arriver, on doit donner aux CLSC une pleine autonomie dans leur gestion et un financement bonifié en fonction des besoins de la population desservie de même que de permettre à tous les autres acteurs du système de santé de pouvoir agir pleinement sans les limites actuelles dues au corporatisme professionnel», a renchéri M. Gagnon-Ducharme.

Rappelons que le Parti Québécois s’est engagé à faire du réseau public le meilleur employeur du domaine de la santé au Québec, en tout respect pour les professionnels dévoués qui y œuvrent. Parmi les mesures annoncées pour atteindre cet objectif ambitieux, citons l’abolition du temps supplémentaire obligatoire et du recours aux agences de placement privées, l’adoption d’une loi définissant des ratios professionnels en soins/patients sécuritaires, l’implantation d’un système de gestion autonome des horaires, et le déploiement d’une vaste campagne nationale de promotion des métiers de la santé, dans l’optique de rehausser significativement les cohortes dans les établissements d’enseignement et la valorisation de l’expertise infirmière.

«La pandémie nous aura démontré que nos aînés, nos bâtisseurs, sont fragiles. Afin de s’assurer que ces derniers puissent vivre dignement, le Parti Québécois propose la création du poste de Protecteur des aînés car ils ont besoin de leur propre instance de vigie indépendante. Le mandat de cet important acteur sera notamment de veiller à la dignité des aînés et au respect de leurs droits; de contrer la négligence et la maltraitance, de recevoir les plaintes et de faire enquête, effectuer des recommandations et de promouvoir auprès des aînés eux-mêmes les ressources disponibles et les droits de la personne», conclut Cédric Gagnon-Ducharme.

Partager cet article