Verchères 350

Pandémie : les hospitalisations à la baisse dans la région depuis la mi-juillet

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Pandémie : les hospitalisations à la baisse dans la région depuis la mi-juillet
Le docteur Luc Boileau a mentionné récemment qu’on note une diminution d'environ 20 % des hospitalisations liées à la Covid-19 au Québec et cette baisse devrait se poursuivre au cours des prochaines semaines.

Les plus récentes données émanant de la Direction de la Santé publique de la Montérégie indiquent que les hospitalisations sont à la baisse dans la région depuis la mi-juillet. Ce constat est pour le moins réconfortant dans une certaine mesure puisque les urgences des hôpitaux montérégiens continuent de déborder régulièrement, alors qu’en date du 8 septembre, le nombre de patients en attente dépasse de 149 % la capacité de ces urgences.
Pour sa part, le directeur national de la santé publique, le docteur Luc Boileau, a expliqué dans son point de presse du 7 septembre que l’évolution de la situation « est toujours considérée comme favorable » avec une décroissance globale des cas qui se poursuit, alors qu’une diminution des absences des travailleurs est également observée.
Il a ajouté que le nombre actuel des employés absents en raison de la Covid-19 est maintenant similaire à celui de décembre 2021, soit avant l’arrivée du variant BA.1 au Québec, et n’avait jamais encore été aussi bas depuis le début de l’année 2022. « On note une diminution importante, soit d’environ 20 %, des hospitalisations liées à la Covid-19 et cette baisse devrait se poursuivre au cours des prochaines semaines. »
Le docteur Boileau a précisé à cette occasion que le vaccin bivalent, c’est-à-dire avec une composante Omicron, est disponible dans les centres de vaccination du Québec depuis le 8 septembre. Il a réitéré du même coup que les vaccins disponibles en ce moment pour la dose de rappel sont considérés comme « très efficaces pour prévenir les hospitalisations et les décès causés par les variants qui circulent actuellement ». « La priorité est d’offrir, en temps opportun, une dose de vaccin aux groupes visés, et non d’offrir un vaccin spécifique », a-t-il souligné.
Puis, M. Boileau a annoncé que, comme pour toutes les personnes âgées de 18 ans et plus, la dose de rappel est maintenant disponible pour les enfants de 5 à 11 ans ainsi que pour les jeunes de 12 à 17 ans. « Précisons que le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) recommande particulièrement cette dose de rappel pour les enfants et les jeunes avec un problème de santé qui les rend vulnérables aux complications, tout en la rendant disponible pour l’ensemble de ces groupes d’âge. »

Partager cet article