Une chasse au cerf, cet automne dans le parc Michel-Chartrand de Longueuil, pour éliminer 100 bêtes

François Laramée
Une chasse au cerf, cet automne dans le parc Michel-Chartrand de Longueuil, pour éliminer 100 bêtes
La Cour d'appel entendra le 25 novembre prochain la cause sur l'abattage des cerfs de Longueuil (Photo : La Relève)

Bien que la Ville soit actuellement impliquée dans un processus judiciaire relativement à cet enjeu, la mairesse de Longueuil, Catherine Fournier, réitère sa volonté de diminuer la surpopulation de cerfs dans le parc Michel-Chartrand.
En ce sens, la ville de Longueuil entreprend des démarches pour qu’un groupe de chasseurs puisse participer à une chasse au cerf cet automne dans le parc Michel-Chartrand. Près d’une centaine de bêtes pourraient être alors abattues avec des flèches, soit avec des arcs ou des arbalètes.
Le dénombrement effectué par le MFFP en février a répertorié 108 cerfs sur la petite superficie (1,85 km²) du parc, soit une augmentation de 50 % par rapport à 2021, et de 238 % par rapport à 2017. Comme ces données ont été produites avant la période de reproduction du printemps 2022, le nombre de cerfs actuels est assurément encore plus élevé, la population de cervidés ayant tendance à croître de façon exponentielle.
C’est dans ce contexte que la mairesse a mandaté officiellement la Ville la semaine dernière, par le biais du comité exécutif, de procéder aux démarches requises afin de déposer une demande de permis SEG (à des fins scientifiques, éducatives ou de gestion de la faune) auprès du MFFP visant les animaux sauvages et permettant d’effectuer une chasse contrôlée de cerfs de Virginie dans le parc – sans armes à feu
Les prochaines étapes
« Les détails du plan d’intervention, incluant les détails sur les séances de chasse permises, la fréquence, le nombre de chasseurs autorisés et répartis sur le site, le mode de chasse, les fermetures ponctuelles du parc ainsi que le déploiement des mesures de sécurité seront communiqués au début de l’automne.
Un comité technique a été récemment mis sur pied et une entente avec un coordonnateur de chasse et une équipe expérimentée de chasseurs spécialisés est aussi en planification. D’autres étapes sont à prévoir comme une révision règlementaire (CM-2003-162) pour mettre de l’avant la chasse contrôlée, comme au boisé Du Tremblay, là où la chasse contrôlée est déjà permise sur le territoire.

Partager cet article