Verchères 350

Un premier EP pour le collectif Bel Ours

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
Un premier EP pour le collectif Bel Ours
Les membres de Bel Ours, Maxime Boivin, Olivier Miclette, Olivier Fleury et Nicolas Fontaine. (Photo : Alex Lemonde)

Après huit années de gestation et deux années de travail de production, le groupe Bel Ours lançait, le 4 mars dernier, un premier mini album composé de cinq chansons.

« On se sent bien excités, nous dit le Julievillois Nicolas Fontaine, bassiste, multi-instrumentiste et réalisateur de ce premier opus. C’est la première chose que les gens vont entendre de nous et on se trouve bien chanceux de pouvoir vivre ça. »

Avec ses sonorités qui devraient plaire aux amateurs de Karkwa et de Louis-Jean Cormier, Les mains pleines de terre nous entraîne dans l’univers du parolier Olivier Miclette.

« Ça demeure des chansons d’hiver et l’image de l’ours représentait bien cette idée », ajoute Nicolas Fontaine à propos des compositions enregistrées en partie dans une maison louée sur le bord du fleuve, à Sainte-Flavie. « La poésie d’Olivier, c’est quelque chose qui est franc, mais avec une tournure poétique. On sent l’amour de la langue française dans ses mots, et les réalités qu’il aborde dans ses textes sont tangibles. Ce sont des thèmes auxquels nous pouvons tous nous identifier. »

Éveil musical

Même s’il ne vient pas d’un milieu artistique, Nicolas admet que ses parents ont favorisé le développement de son intérêt pour la musique en général et la vie de groupe en particulier. « Mes parents invitaient des bands de covers à venir jouer lorsqu’ils organisaient des partys dans notre cour. Je trouvais ça intéressant de voir comment, à l’intérieur d’un groupe, chacun avait son rôle. Comment, entre les membres, la communication était fluide même si elle ne passait pas par les mots, mais par la musique. »

La relation entre les membres de la formation et le public réuni autour de la scène de fortune lors de ces performances organisées par ses parents a également contribué à éveiller son intérêt pour cette forme d’art qui occupe aujourd’hui une bonne partie de son temps.

« J’aimais voir comment, avec la musique, ils arrivaient à transmettre de l’énergie à tous ceux qui se retrouvaient autour d’eux, explique Nicolas. De faire partie d’une équipe, c’est ce qui m’a beaucoup attiré. J’aime jouer, faire de la musique pour les gens qui m’entourent, pour être avec eux et partager ça. »

Nouvelles chansons en chantier

Outre les cinq chansons qui composent leur premier mini album, les membres de Bel Ours ont déjà réuni assez de matériel pour offrir des spectacles et partir à la conquête de leur public.

« Idéalement, on enregistrerait aussi un autre EP, espère Nicolas Fontaine. On a déjà commencé à réunir de nouveaux trucs, de nouveaux sons. On voit déjà une évolution d’ailleurs dans notre approche. Et puis, on trouve que le EP c’est un bon format d’écoute. Ça fait en sorte que chaque chanson a sa place. »

Partager cet article