Verchères 350

Charles Hamelin est choisi porte-drapeau et pourrait devenir l’olympien masculin canadien le plus médaillé de l’histoire

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Charles Hamelin est choisi porte-drapeau et pourrait devenir l’olympien masculin canadien le plus médaillé de l’histoire
« Je suis la preuve que si vous aimez quelque chose, que vous avez des rêves, que vous croyez en vous et que vous travaillez fort, tout est possible! » (Photo : Comité olympique canadien)
Si Charles Hamelin parvient à grimper sur le podium à Pékin, il deviendrait alors l’olympien masculin canadien le plus médaillé de l’histoire.

Réussir à prendre part pour une cinquième fois aux Jeux olympiques est déjà un exploit en soi, mais le fait d’être choisi porte-drapeau du Canada à Pékin est un peu le couronnement d’une carrière bien remplie pour le Julievillois de 37 ans. Toutefois, le détenteur de cinq médailles olympiques (dont trois d’or) pourrait terminer son parcours de façon magistrale s’il parvenait à grimper sur le podium, car il deviendrait alors l’olympien masculin canadien le plus médaillé de l’histoire!
« Depuis la première fois que j’ai revêtu la feuille d’érable, j’ai tout de suite ressenti un sentiment de famille », a mentionné le vétéran de l’équipe canadienne. « C’est incroyable que je sois en route vers mes cinquièmes Jeux olympiques. À mes yeux, la famille est une des principales raisons qui expliquent que je suis encore ici et pourquoi j’aime ce que je fais. Chaque fois que j’entre dans le stade pour une cérémonie d’ouverture, je vois les porte-drapeaux comme des modèles. Être nommé porte-drapeau fait en sorte que je peux maintenant cocher cette expérience de ma liste de choses à vivre.»
Il a marqué l’imaginaire
Détenteur de cinq médailles olympiques remportées à PyeongChang en 2018, Sotchi en 2014, Vancouver en 2010 et Turin en 2006, Charles Hamelin occupe le premier rang à égalité avec Marc Gagnon et François-Louis Tremblay des olympiens masculins canadiens les plus médaillés de l’histoire du Canada.
La médaille de bronze qu’il a obtenue aux Jeux de PyeongChang en Corée du Sud en 2018 comme membre de l’équipe du relais 5 000 m lui a permis de devenir l’athlète masculin de patinage de vitesse sur courte piste le plus âgé à décrocher une médaille olympique.
À Vancouver en 2010, il a été le seul athlète multiple médaillé d’or du Canada, contribuant à deux reprises à la récolte record de 14 médailles d’or du pays. Sa performance a été d’autant plus remarquable qu’il a gagné ses deux épreuves dans un intervalle de 30 minutes, un exploit qui s’est conclu par au baiser à son amoureuse d’alors, la patineuse de vitesse Marianne St-Gelais, une image qui a fait le tour du monde!
Rappelons à ce sujet qu’à Vancouver, Hamelin a établi un record olympique en quarts de finale du 500 m. Au cours de la finale, il a évité une collision au dernier virage pour remporter la médaille d’or. Une demi-heure plus tard, il était de retour sur la patinoire pour la finale du relais 5 000 m. Les Canadiens ont remporté l’or grâce à une stratégie baptisée « Opération Cobra » qui a donné à François-Louis Tremblay, le dernier relayeur, une période de repos prolongée avant d’effectuer les deux derniers tours. Cela a permis à Charles de gravir la plus haute marche du podium aux côtés de son frère François.
Le Julievillois a expliqué que son meilleur souvenir olympique est justement cette médaille d’or du relais 5 000 m à Vancouver en 2010 alors que son frère, François, était l’un de ses coéquipiers. « C’est plutôt rare de voir deux frères monter ensemble sur le podium et c’était pour l’or à Vancouver devant notre public et notre famille », a-t-il déclaré, alors que son père, Yves, était présent en tant que directeur du programme courte piste canadien de patinage de vitesse.
« Tout est possible! »
« Je suis la preuve que si vous aimez quelque chose, que vous avez des rêves, que vous croyez en vous et que vous travaillez fort, tout est possible! Je suis heureux de pouvoir guider mes coéquipiers en utilisant les différentes expériences que j’ai vécues », a conclu Charles Hamelin.
Celui que l’on surnomme « La locomotive de Sainte-Julie » sera en action le samedi 5 février et le lundi 7 dans l’épreuve du 1 000 m; le mercredi 9 février au 1 500 m; le vendredi 11 et le dimanche 13 au 500 m; et finalement le vendredi 11 février et le mercredi 16 au relais 5 000 m.

Partager cet article