Verchères 350

Varennes et Contrecœur s’unissent dans l’étude du potentiel de transposition de la Norme BNQ 21000 aux villes et aux municipalités

communiqué
Varennes et Contrecœur s’unissent dans l’étude du potentiel de transposition de la Norme BNQ 21000 aux villes et aux municipalités
La Ville de Contrecoeur s’allie au monde académique avec Varennes et Waterloo dans le cadre d’une étude du potentiel de transposition de la norme BNQ 21000. (Photo : Contrecoeur)

14La Ville de Contrecoeur s’allie au monde académique avec Varennes et Waterloo dans le cadre d’une étude du potentiel de transposition de la norme BNQ 21000. Le programme de subvention MITAC permettra aux villes partenaires dans ce projet de réaliser, entre février et mars 2022, une première démarche qui vise à défricher la littérature et à explorer la faisabilité de la transposition dans des villes et municipalités de différentes tailles.

Une collaboration durable

Un dialogue entre les parties prenantes est un élément incontournable dans l’application de cette norme aux organismes publics. Ainsi, plusieurs intervenants collaboreront afin de mener à bien cette démarche menée par la postdoctorante Corrine Coho qui étudiera les différentes initiatives mondiales afin de bien cadrer la transposition sur les aspects internationaux, notamment ceux portant sur l’atteinte des objectifs de développement durable de l’ONU pour les villes et municipalités. Puis, Mme Coho travaillera de pair avec les trois villes partenaires sur l’arrimage de cette démarche dans la réalité de la gestion municipale.

Pour son étude, la Ville sera appuyée par plusieurs spécialistes du développement durable, dont le professeur Thomas Mulcair de l’Université de Montréal qui est également l’auteur de la Loi québécoise de développement durable, de Marie-Luc Arpin de l’Université de Sherbrooke et de Jean Cadieux, professeur à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke.

« Cette nouvelle collaboration avec le monde universitaire et d’autres villes que nous annonçons aujourd’hui, c’est une action de plus que nous avons décidé de prendre dans le but d’adapter notre organisation municipale aux exigences d’une gestion cohérente et efficace qui prend en compte tous les enjeux du développement durable au 21e siècle. Contrecœur est fière d’agir comme ville pionnière au Québec en affirmant le déploiement d’une vision à court, moyen et long terme. Celle-ci lui permettra, sur un horizon de 3 à 5 ans, d’intégrer de façon volontaire une norme BNQ 21000 adaptée au monde municipal », mentionne la mairesse de Contrecœur, Mme Maud Allaire.

L’étude de l’adaptation de l’approche québécoise BNQ 21000 permettra à la Ville de Contrecœur de définir son cadre de gestion en développement durable selon un ensemble d’enjeux adaptés au contexte des villes. Cette norme mettra en commun les divers plans et politiques de la Ville, tels que le Plan d’action en développement durable, le Plan d’action pour la réduction des GES, le Plan de développement d’une communauté nourricière ainsi que les politiques culturelle et familiale. Le tout sera aligné sur les Objectifs de développement durable de l’ONU, permettant aux villes et municipalités de prendre le virage de la société de demain.

« Les gens du monde municipal et régional sont des partenaires de choix dans le développement durable du Québec. Je tiens à féliciter Contrecœur pour son implication dans l’élaboration de la prochaine phase de la mise en application de la Loi. Pensons aux générations futures chaque fois que nous prenons une décision concernant notre milieu afin d’en améliorer le niveau de vie et la qualité de vie », souligne le M. Thomas Muclair.

Selon le professeur Jean Cadieux, la rencontre de présentation du potentiel de transposition de la Norme BNQ21000 aux Villes et Municipalités, à laquelle ont participé son auteur ainsi que plusieurs villes et municipalités du Québec, a été fructueuse et laisse présager qu’elles emboîteront le pas vers la mise en application de la norme adaptée au monde municipal.

« Ce premier projet de recherche en entraînera assurément un second dans lequel d’autres villes et municipalités pourront se greffer dès 2022. La Ville de Contrecœur n’a pas hésité à se proposer pour lancer un projet pilote. En un tour de main, elle a su convaincre deux autres villes de participer à cette initiative. La recherche universitaire a besoin de tels projets de recherche ainsi que de leadership et de vison de la part de ses partenaires. Contrecœur et ses collaborateurs en sont de beaux exemples et nous en sommes reconnaissants. Ensemble, il est possible de faire avancer la société vers la société durable de demain, soit celle de nos enfants », conclut Jean Cadieux, professeur à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke.

Depuis le lancement de son Plan d’action en développement durable en 2019, Contrecœur travaille sur plusieurs fronts afin d’assurer la préservation de l’environnement sur son territoire. La Ville créera ainsi un nouveau jalon pour se doter d’une vision globale à long terme afin de concrétiser un développement économique qui intègre le respect de l’environnement pour bâtir un milieu de vie exceptionnel où la communauté progressera en assurant sa pérennité et sa vitalité.

Partager cet article